Accueil Actu Vos témoignages

Monique a été brûlée au 2e degré après l'utilisation d'une bouillotte: "Il y a de plus en plus de cas depuis la crise énergétique"

Monique a été victime d'une brûlure au deuxième degré après l'utilisation de sa bouillotte. Le Centre des grands brûlés de l'Hôpital militaire Reine Astrid, qui a traité ses blessures, souligne qu'il reçoit cinq fois plus de patients depuis la crise énergétique. Voici quelques conseils pour éviter les mauvaises surprises.

Monique, 84 ans, utilise une bouillotte tous les jours. Elle n'avait pas connu de problème avec ce produit avant le 11 février dernier. D'où la grande surprise pour l'habitante de Tervuren quand elle a été victime d'une brûlure au 2e degré.

"J'utilise une bouillotte, car j’ai un problème au genou, et la nuit, ça le réchauffe. Comme je n’ai pas de chauffage dans ma chambre, j’en utilise une quand il fait froid", raconte-t-elle.

"Le 11 février, j'ai rempli ma bouillotte avec de l’eau bouillante, j'ai laissé échapper la vapeur avant de la refermer. J'ai pris la bouillotte sous le bras et d’un coup tout a explosé sur mon pantalon. J’ai appelé ma petite fille, qui est médecin, et elle m’a dit d’aller vite sous une douche d’eau froide. Ce que j’ai fait. Je suis restée longtemps sous la douche. Et puis, j’ai mis un peu de crème, je me suis mise au lit, et toute la nuit, je faisais en sorte que le drap ne touche pas ma brûlure." 

"C'est vraiment dangereux"

Monique a essayé de se soigner, mais la douleur étant tenace, elle s'est rendue deux jours plus tard au centre des grands brûlés de l'Hôpital militaire Reine Astrid à Neder-Over-Heembeek.

"J’avais tellement mal que j'ai dû m'y rendre. Ils m’ont dit que le traitement allait durer des semaines. Je suis brûlée au deuxième degré. J’avais une grande plaie et une plus petite plaie. Je vous assure que c’est douloureux, et je n’ai vraiment pas envie que ça arrive à d’autres. Imaginez qu’une maman avec un bébé mette une bouillotte dans un berceau pour le réchauffer. Vous voyez la catastrophe. C’est vraiment dangereux."

Monique remet en cause la qualité de la bouillotte. "Dès le départ, je trouvais que cette bouillotte était assez fragile et elle a explosé", conclut-elle. 

Quelles recommandations pour les bouillottes?

Contacté par nos soins, Etienne Mignolet, le porte-parole du SPF Economie, dit ne pas pouvoir s'exprimer sur la qualité des produits. "Nous n’avons pas de recommandations spécifiques pour les bouillottes car il n’y a pas de norme. Les fabricants doivent juste s’assurer qu’elles sont sûres avant de les mettre sur le marché. Nous n’avons pas connaissance de ce type d’incident (une bouillotte qui explose, ndlr). Ceux-ci peuvent toutefois toujours être signalés auprès du Guichet central pour les produits via notre Contact Center." 

Concernant l’utilisation, le SPF Économie souligne qu'il est important de respecter scrupuleusement les prescriptions et avertissements du fabricant (exemples : ne pas remplir avec de l’eau bouillante, bien fermer le bouchon, vérifier qu’elle est étanche, etc.).

Il y a une augmentation extrêmement nette du nombre de patients

Des patients plus nombreux

Au centre des grands brûlés de l'Hôpital militaire Reine Astrid, de plus en plus de patients brûlés se présentent après avoir utilisé une bouillotte. 

"C’est une problématique rencontrée spécialement en hiver, mais plus particulièrement depuis deux ans avec la crise énergétique. Les gens recourent à des moyens alternatifs pour se réchauffer. Clairement, la bouillotte ce n’est pas la bonne idée", insiste Anne Pierlot, médecin de la consultation du centre des grands brûlés. "Il y a une augmentation extrêmement nette. Il y en a plusieurs par mois." 

Le médecin évoque des brûlures superficielles, mais aussi profondes. "Dans ce dernier cas, ce sont essentiellement les gens qui ont dormi avec leur bouillotte, et qui les ont gardées de façon très prolongée contre eux. Pas forcément bouillante, mais avec des températures assez chaudes. À 50 ou 60 degrés, quand on les laisse de longues minutes sur soi, ça peut causer des brûlures profondes au 2e degré. En cas de port prolongé de la bouillotte contre soi, cela peut créer des brûlures au troisième degré et conduire à la salle d’opération", prévient Anne Pierlot.

Son conseil: utiliser un coussin aux noyaux de cerise ou un coussin aux céréales comme alternative. "Je conseille à tous les patients d’acheter ces coussins, qu’on peut mettre au micro-onde pendant 3 minutes. On peut les mettre au four aussi, en respectant bien les modes d’emploi", ajoute Anne Pierlot. "On n’aime pas trop les bouillotte ici car c’est clairement une cause d’accidents de plus en plus fréquents. C’est facilement évitable en choisissant les moyens alternatifs de coussins chauffés, qui ne contiennent rien comme liquide."

Voici quelques conseils si vous utilisez une bouillotte 

Aurore Van Rillaer, infirmière responsable en soins ambulatoires au centre des grands brûlés, livre également quelques conseils pour utiliser une bouillotte en toute sécurité. 

"Quand vous achetez une bouillotte, normalement, il doit y avoir un mode d’emploi. Ce n’est peut-être pas toujours le cas, et donc, c’est bien de pouvoir signaler qu’il y a des précautions d’usage. Premièrement, on ne remplit pas la bouillotte avec de l’eau bouillante, car elle sera beaucoup trop chaude, donc le caoutchouc pourrait ne pas le supporter", conseille-t-elle.

"Il faut aussi vraiment faire attention à bien fermer le bouchon. Je conseille d’utiliser un linge ou une housse qui pourrait être fournie avec et bien emballer la bouillotte afin de ne pas la mettre en contact direct avec la peau. On peut l’utiliser pour réchauffer le lit avant d’aller dormir, mais il faut surtout la retirer avant de se coucher. Cela permet d’éviter des accidents. Il faut aussi vérifier qu’il n’y a pas de traces d’usure, des craquelures, tous les jours, avant de mettre de l’eau dedans. Je propose de ne pas l’utiliser toute la nuit. Il ne faut pas être en contact trop longtemps avec une bouillotte. On a eu plusieurs histoires différentes", conclut Aurore Van Rillaer.

À lire aussi

Sélectionné pour vous

Commentaires

3 commentaires

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • "mette une bouillotte dans un berceau" Non mais ça va pas la tête? On ne met RIEN dans le berceau sauf un doudou et/ou une tetine. Il faut être complètement irresponsable pour mettre une bouillotte dans un berceau.

    Thierry Frayer
     Répondre
  • Conclusion : ne jamais faire chauffer les noyaux de cerise au barbecue pour en faire une bouillotte !

    Gael Da
  • Un coussin aux noyaux de cerise ?? également dangereux à long terme, les noyaux deviennent trop secs d'après mon expérience. Le coussin a pris feu au fond de mon lit ... l'odeur de brûlé m'a sauvée, par contre la literie a été remplacée. Depuis j'utilise une poche en silicone recouverte d'une housse, au micro-onde avec prudence.

    Rachelle Baillien
     Répondre