Belfius: "le gouvernement n'est pas un club d'investissement", souligne Kris Peeters

(Belga) Le vice-Premier ministre Kris Peeters (CD&V) a appelé au calme vendredi, au micro de l'émission De Ochtend sur Radio 1 (VRT), concernant l'entrée en Bourse de Belfius. "Le gouvernement n'est pas un club d'investissement", a-t-il lancé après l'annonce de la baisse de valeur de la banque.

Selon un récent rapport des banques d'affaires qui accompagnent son entrée en Bourse, Belfius vaut actuellement 5 à 7 milliards d'euros, contre 6 à 8 milliards en avril, écrivaient vendredi L'Echo et De Tijd. L'Etat avait quant à lui déboursé 4 milliards pour l'acquérir. Au début de l'été, le gouvernement a décidé d'introduire 30% de la banque en Bourse. Cette introduction est toutefois politiquement liée à une solution pour les coopérateurs d'Arco, un dossier prioritaire pour le CD&V. Une enveloppe de 600 millions d'euros est prévue pour l'indemnisation des coopérateurs jusqu'à 40% de leur apport. Le financement est réparti entre Belfius, le Mouvement ouvrier chrétien flamand Beweging.net et les dividendes que l'Etat perçoit de Belfius. Le ministre Peeters regrette la baisse de valeur de la banque, a-t-il indiqué sur Radio 1. "Nous devons regarder cela tranquillement. Le gouvernement n'est pas un club d'investissement." D'après lui, la direction de Belfius doit désormais déterminer le bon moment pour l'introduction en Bourse. Le dossier ne figure cependant pas à l'agenda du Conseil des ministres ce vendredi. Le vice-Premier nie par ailleurs retarder l'accord sur la dégressivité des allocations de chômage pour faire pression sur le dossier Belfius/Arco. La dégressivité sera sur la table du gouvernement en novembre, affirme-t-il. "Je ne vais pas traîner les pieds dans un dossier pour en concrétiser un autre. Je suppose que tout l'accord sera mis en oeuvre et que les autres points seront traités avec la même détermination par les autres ministres." (Belga)

Vos commentaires