En ce moment
 
 

Fonctionnaires à la pension: les villes et les communes vont devoir mettre la main à la poche

Fonctionnaires à la pension: les villes et les communes vont devoir mettre la main à la poche

Trois communes belges sur quatre seront confrontées, durant la prochaine législature, à des difficultés pour supporter la charge des pensions de leurs fonctionnaires, ressort-il mardi d'une étude menée par la banque Belfius. La facture des retraites pèse ainsi sur la capacité d'investissement des administrations locales. Les villes et communes disposent d'un système spécifique pour les pensions de leur personnel nommé. Un système sous pression depuis longtemps car le nombre d'employés nommés, qui cotisent, se réduit de plus en plus par rapport au nombre de pensionnés.

En 2011, un financement supplémentaire a été dégagé. Les communes dont les cotisations de pension ne suffisaient pas à financer la charge ont dû mettre la main à la poche. Désormais, la moitié des communes, dont l'ensemble des grandes villes, verse une telle contribution supplémentaire. D'ici 2023, plus de trois quarts des communes devront s'y coller. Au total, ces contributions passeront de 355 millions d'euros en 2017 à près d'un milliard en 2023. Le coût des retraites représente donc une part de plus en plus importante du budget des villes et communes, parfois même jusqu'à plus de 15% de leurs recettes fiscales. Elles peuvent dès lors moins investir, ce qui a déjà été le cas lors de la précédente législature. Le vieillissement de la population menace aussi les finances communales. Les seniors rapportent moins de revenus et génèrent davantage de dépenses. Il existe toutefois de grandes disparités entre les communes. Ainsi, la Côte vieillit tandis que Bruxelles ne cesse de rajeunir.

Vos commentaires