En ce moment
 
 

Que deviennent nos données numériques à notre mort?

Que deviennent nos données numériques à notre mort?
 
 

Que deviennent nos données numériques, Facebook, LinkedIn en cas de décès, mais aussi tout ce que nous avons stocké dans le cloud, le nuage ?

La plupart, voire la totalité des nombreuses données et documents en ligne continuent d’exister. Que ce soit sur les réseaux sociaux ou sur le stockage en ligne.

Alors, il y a des règles générales d’abord qui s’appliquent à tous les secteurs, y compris les secteurs du digital. Notamment sur la propriété des données.

Par contre, conscients de cette problématique, de nombreux services sur le web, comme le stockage en ligne, et sur les réseaux sociaux ont mis en place un système de transmission des comptes ou de leur contenu voire de fermeture de ces comptes.

Un exemple pour le stockage : Dropbox, qui cesse d’assurer le fonctionnement après une période d’un an sans la moindre activité sur un compte. C’est une règle relativement répandue.

Les comptes commémoratifs Facebook

L’exemple de Facebook est intéressant. Dès que le réseau social est averti du décès d’un titulaire par la famille ou un proche, il transforme son compte en compte commémoratif. Une fonctionnalité permet alors de donner accès au compte commémoratif Facebook à un “contact légataire” désigné au préalable. Celui-ci pourra alors supprimer le compte ou, au contraire, le gérer en épinglant une publication mortuaire ou en modifiant les photos de profil et de couverture du défunt. Le contenu du compte est alors complètement et définitivement verrouillé.

Des dispositions légales en vous inscrivant

Dans d’autres services digitaux, en vous inscrivant, le plus souvent sans le savoir, vous acceptez une disposition contractuelle en cas de décès.

Chez Apple par exemple avec l’iTunes, le droit acheté sur la musique est personnel et s’éteint avec votre décès. Donc votre superbe bibliothèque iTunes de milliers d’euros ne profitera pas à votre descendance.

Les conseils :

Clarifier sa volonté vis-à-vis de ses proches sur ce que l’on souhaite pour ses données, idéalement, si l’on fait un testament, aborder cet aspect-là aussi. Sur ses données stockées. Sur ses photos.

Décider si l’on veut que le compte Facebook continue à exister, voire à vivre …

Et puis être sûr de pouvoir transmettre ses mots de passe en toute sécurité. Car pour certains comptes retrouver le mot de passe, ou se voir autorisé l’accès est un casse-tête ou c’est même carrément impossible. Comme on l’a vu avec iTunes.

Enfin, pour Facebook, je vous conseille de désigner un contact légataire pour gérer votre compte en cas de décès et de lui indiquer vos volontés pour la survie de ce compte.




 

Vos commentaires