En ce moment
 
 

Les autorités américaines dénoncent un jeune Carolo: près de 250 photos pédopornographiques retrouvées dans son téléphone

Les autorités américaines dénoncent un jeune Carolo: près de 250 photos pédopornographiques retrouvées dans son téléphone

Les autorités américaines ont dénoncé un habitant de Charleroi qui partageait des photos pédopornographiques. Le jeune homme a été placé en détention. Il nie les faits malgré les éléments à charge.

D’après des sources RTLinfo, l’information a été communiquée au Parquet Fédéral belge par les Etats-Unis via le Centre National pour les Enfants Disparus et Exploités (National Center for Missing and Exploited Children). Il s’agit d’une organisation privée créée en 1984 par le Congrès américain et qui travaille en collaboration étroite avec les enquêteurs du FBI (le Service Fédéral de Police Judiciaire et de Renseignement Intérieur).

Suite à la dénonciation américaine, le Carolo de 25 ans a été arrêté le 1er avril et il est depuis en détention. Selon les éléments du dossier géré par le parquet de Charleroi, près de 250 images pédopornographiques ont été retrouvées dans son téléphone. Le jeune homme n’était pas connu par la justice pour ce type de faits.

Il est suspecté de partager, via son GSM, les photos pédophiles sur des sites d’échanges spécialisés. Les enquêteurs sont remontés jusqu’à lui via les connections WIFI qu’il effectuait lorsqu’il était à son domicile.


Que risque-t-il ? 

Les échanges de clichés n’étaient pas réalisés dans un but commercial, mais pour le spécialiste du droit pénal Me.Henri Laquay cela n’atténue pas la responsabilité des auteurs: "Le fait de ne pas vendre les images ne change rien. En effet, sur base de l'article 383 bis de notre code pénal, transmettre des images pédopornographiques est puni d’une peine de 5 à 10 ans d'emprisonnement. Le simple fait de posséder sciemment de telles images ou d'y avoir accès est puni d'une peine d'un mois à un an d’emprisonnement."

Le dossier sera analysé aujourd’hui par la Chambre du Conseil de Charleroi. Mevlut Turk, l’avocat qui vient de reprendre le dossier, va demander la libération du suspect en proposant un suivi psychologique et thérapeutique spécialisé pour ce type de faits. Malgré les éléments à charge qui existent, le jeune homme nie les faits.

Vos commentaires