En ce moment
 
 

Procès Sharia4Belgium: "Il a vu son pire cauchemar devenir réalité"

Procès Sharia4Belgium:
 
 

Le troisième jour du procès pour terrorisme du groupuscule Sharia4Belgium a commencé ce mercredi matin devant le tribunal correctionnel d'Anvers. Les parties civiles ont plaidé aujourd'hui, alors que le ministère public avait eu la parole lors des premiers jours de procès la semaine dernière.

Des neuf prévenus se trouvant en Belgique, seuls Fouad Belkacem, Hakim E., Jejoen Bontinck, Michaël Delefortrie, Walid L. et Mohamed E.Y. sont présents au procès. Les autres prévenus sont représentés par leur avocat. Comme lors des audiences précédentes, de strictes mesures de sécurité ont été prises et de nombreux policiers sont présents aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du palais de justice anversois.       

"Il a subi des dommages moraux"

Dimitri Bontinck, le père du prévenu Jejoen Bontinck, a demandé, en tant que partie civile, un euro provisionnel de dédommagement. "C'est un père qui a vu son pire cauchemar devenir réalité. Il a subi des dommages moraux", a estimé mardi son avocat, Xavier Potvin. L'avocat a avancé que Dimitri Bontinck avait donné la meilleure éducation possible à son fils: il l'a envoyé dans la meilleure école d'Anvers et lui a donné toutes les opportunités de s'épanouir dans le sport et la musique.

"Mon client a senti qu'il perdait le contrôle de son fils"

Quand Jejoen est tombé amoureux d'une Marocaine, il s'est initié à la culture musulmane et s'est rapproché de Sharia4Belgium. "Mon client a alors senti qu'il perdait le contrôle de son fils, mais il était impuissant. Il s'est rendu à plusieurs reprises au siège de Sharia4Belgium sur la Dambruggestraat et y a rencontré Fouad Belkacem. Il l'a même invité chez lui", a déclaré Me Potvin. Néanmoins, Dimitri Bontinck n'a pas pu empêcher la radicalisation de son fils, et ce dernier s'est finalement rendu en Syrie."Vous ne pouvez pas le condamner pour la façon dont il a essayé de gérer la situation. Il est, c'est vrai, régulièrement allé voir les médias, mais il ne savait pas quoi faire d'autre. Au final, il est lui même parti chercher son fils là-bas."

La police reclame aussi une indemnisation

La zone de police de Bruxelles-Ouest a également réclamé une indemnisation en raison des émeutes provoquées à Molenbeek après l'incident du niqab le 31 mai 2012. La mère de Zacharia I., a quant à elle renoncé à se porter partie civile. Pour elle, c'est l'État belge qui est responsable puisqu'il est resté inactif malgré ses appels à l'aide et ce n'est pas par cette action qu'elle pourra l'amener à répondre de ses actes.

Après les parties civiles, c'est désormais au tour de la défense de prendre la parole. La défense de Fouad Belkacem plaidera en premier.





 

Vos commentaires