En ce moment
 

Moins de morts mais plus de dégâts dus aux catastrophes naturelles en 2017

Moins de morts mais plus de dégâts dus aux catastrophes naturelles en 2017

(Belga) Les catastrophes naturelles qui ont eu lieu en 2017 ont été en moyenne moins meurtrières que les années précédentes, indique lundi le Centre de recherches sur l'épidémiologie des désastres (Cred) de l'Université catholique de Louvain dans son dernier rapport. Économiquement, elles ont cependant coûté très cher.

Inondations et tempêtes (les deux principales causes de catastrophes naturelles en 2017), glissements de terrain et autres désastres climatologiques ont causé la mort de 9.503 personnes l'année dernière. C'est nettement moins que la moyenne de 68.302 établie pour la période comprise entre 2007 et 2016. Ces dix dernières années ont en effet été ponctuées d'événements extrêmement meurtriers, comme le tremblement de terre en Haïti de 2010. Celui-ci avait à lui seul entraîné le décès de plus de 225.500 personnes. Le cyclone Nargis, en Birmanie, avait pour sa part emporté quelque 138.400 personnes en 2008. L'Asie paie le plus lourd tribut en 2017 avec 136 calamités (43% du nombre total), dont 25 ont affecté plus de 15 millions de personnes rien qu'en Chine. En Inde, une quinzaine de catastrophes ont coûté la vie à près de 2.300 personnes et touché 22,5 millions d'habitants. Si 2017 n'est pas l'année la plus meurtrière, elle représente cependant la deuxième année la plus coûteuse depuis 1900. Sur les 318 calamités qui ont affecté 96 millions de personnes dans le monde, le rapport de l'UCL pointe trois événements particulièrement destructeurs: les ouragans Harvey, Irma et Maria. Durant les mois d'août et septembre, ces "géants" avaient balayé les Caraïbes pour finir leur course près des côtes américaines. Ils ont ainsi provoqué des dégâts évalués respectivement à 95 milliards de dollars américains (77 milliards d'euros), 66 milliards de dollars (53,6 milliards d'euros) et 69 milliards de dollars (56 milliards d'euros). L'île caribéenne de Sint-Maarten (la partie néerlandaise de l'île de Saint-Martin) a par exemple perdu l'équivalent de 812% de son PIB après le passage d'Irma. Au total, les catastrophes naturelles auront coûté quelque 314 milliards de dollars (255 milliards d'euros) en 2017. (Belga)

Vos commentaires