En ce moment
 
 

220 mandataires sont en infraction pour ne pas avoir correctement déclaré leurs mandats: deux élus s'expliquent

Chaque année, le gouvernement wallon se penche sur les mandats des élus locaux. En Wallonie, 220 mandataires sont en infraction, par exemple parce qu'ils n'ont pas rempli correctement leur déclaration de mandat. Comment ces élus se justifient-ils? Réponse à Saint-Nicolas.

Imprimé en urgence ce matin, un échevin nous montre sa déclaration… un peu gêné. 18 ans de carrière politique, 12 mandats dont 2 rémunérés. Ce mandataire est coupable d’un oubli, nous dit-il. Mais certainement pas d’une tricherie d'après lui. "C'est une négligence de ma part, effectivement. Il n'y a bien entendu aucune volonté de cacher quoi que ce soit. D'ailleurs je suis pour la plus grande transparence" nous confie Patrice Ceccato, échevin à Saint-Nicolas.

Et justement en matière de transparence, à y regarder de plus près, il avait déjà oublié auparavant. Sur le site de Cumuléo, l’année 2013 n’est pas été renseignée. "Apparemment c'est ce qui est mis sur Cumuleo, mais je n'ai jamais eu de problème par rapport à ça. Peut-être que ça a été rentré en retard… mais ça je ne saurais pas vous dire", réagit Patrice Ceccato.

Comme cet échevin, 220 mandataires n’ont rien déclaré pour l’année 2017. Et ce malgré le rappel de la Région wallonne, envoyé par recommandé.

Je ne savais pas, je ne m'étais pas renseignée non plus

Nous avons également rencontré une conseillère communale de Saint-Nicolas. Récemment engagée, elle n’a pas non plus déclaré les 3 mois de siège en 2017. Ce sont à peine quelques centaines d’euro… rien de plus. Mais c’est encore une négligence qui envoie un mauvais message. "Je ne savais pas, je ne m'étais pas renseignée non plus. Là est ma faute et je fais mon mea culpa. Que je devais renseigner tous mes mandats. Je les ai renseigné aux contributions, comme tous mes revenus", commente Sophie Burlet.

Monsieur Ceccato et madame Burlet, comme les 218 autres mandataires épinglés, risquent une déchéance de leur mandat et une inéligibilité de 6 ans. Nos deux interlocuteurs ont réglé le problème aujourd’hui même. Mais le mal est fait, car le doute agit comme un poison sur l’action politique.

Vos commentaires