En ce moment
 
 

Emir Kir a plaidé l'erreur, pas la faute

Emir Kir a plaidé l'erreur, pas la faute
© BELGA
 

Décryptage de la première déclaration publique de l'élu d'origine turque, exclu du PS pour avoir reçu des maires d'extrême droite.

En exclusivité dans le RTL info 19h de mardi, le bourgmestre de la commune bruxelloise de Saint-Josse Emir Kir s'est exprimé pour la première fois. 

Il était resté silencieux depuis son exclusion du parti socialiste pour avoir rencontré des maires, des élus turcs d'extrême droite.
Mardi soir, il a nié toute proximité avec l'extrême droite, et estimé qu'il avait été traité de "manière inhumaine".

Emir Kir a plaidé l'erreur, pas la faute

Sans jamais reconnaître que deux des maires qu'il a accueillis à l'Hôtel de Ville étaient d'extrême droite. Le MHP, c'est un parti ultranationaliste, identitaire, xénophobe, en Turquie. Soutien au parti de Recep Erdogan, il rejette tout droit pour les minorités kurdes et arméniennes.

Emir Kir est resté flou sur ses intentions en vue des prochaines élections communales

Il n'a pas fermé la porte au fait de créer son propre parti pour 2024. Alors que le PS, lui, a prévu de déposer quoi qu'il arrive une liste, sans lui, dans la commune...

Lundi, les élus socialistes de la Liste du Bourgmestre, celle d'Emir Kir donc, ont marqué leur soutien au bourgmestre, dans l'intérêt de la stabilité de la commune. Dans les prochaines années, il faudra voir si ce soutien reste indéfectible.

Et si Emir Kir ne nourrit pas d'ambitions plus importantes, pour la région bruxelloise, par exemple, au-delà des frontières étroites de Saint-Josse, commune bruxelloise d'a peine plus d'un kilomètre carré.

 

Vos commentaires