Nouvelles mesures contre les migrants qui rêvent d'Angleterre: tous vers le 127bis, 2 fois plus de centres fermés, ...

Nouvelles mesures contre les migrants qui rêvent d'Angleterre: tous vers le 127bis, 2 fois plus de centres fermés, ...

Un centre administratif national pour la transmigration sera prochainement installé au centre 127bis à Steenokkerzeel, annoncent lundi le ministre des Affaires intérieures Jan Jambon (N-VA) et le Secrétaire d'État à la migration Theo Francken (N-VA). Toutes les personnes qui pénètrent illégalement en Belgique dans l'optique de se rendre au Royaume-Uni y seront emmenées. Cette mesure fait partie d'un vaste plan pour lutter contre la migration illégale.

"Dans la première phase, les groupes de transmigrants interceptés lors de grandes actions seront concernés. Mais l'objectif est qu'à court terme tous les transmigrants interceptés par les polices locales et fédérales - où que ce soit dans le pays - seront aussi emmenés", indique le cabinet du ministre Jan Jambon. La police fédérale y traitera les dossiers administratifs, pourra enregistrer des empreintes digitales et mener des recherches dans la banque de données. Les personnes concernées pourront aussi être détenues en centre fermé dans l'attente d'une décision de l'Office des étrangers. Des véhicules de la police fédérale seront en outre mis à disposition et l'armée déploiera chaque jour un bus entre Bruxelles et Zeebrugge.

Ces démarches devraient "soulager considérablement les zones de police locales".

Ce dispositif est une mesure parmi d'autres dans un paquet élaboré par les ministres N-VA qui vise à contrer la migration illégale.


Bientôt 2 fois plus de centres fermés

Prochainement, le doublement de la capacité des centres fermés est également envisagé, spécifiquement pour les transmigrants (de 70 à 160 places). Ce sont depuis ces centres que des retours vers le pays d'origine ou le pays d'arrivée en Europe sont organisés pour les personnes en transit dans l'illégalité. Une intensification des contrôles de police est aussi prévue sur les routes migratoires de ces déplacés.

Enfin, dès lundi matin, une vaste campagne de communication ciblée à destination des personnes qui souhaiteraient séjourner illégalement en Belgique pour atteindre le Royaume-Uni sera lancée sur les médias sociaux, font part La Libre Belgique et La Dernière Heure dans leurs éditions lundi.


La Plateforme citoyenne dénonce

La Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés dénonce ces nouvelles mesures. "Le gouvernement ajoute une fois de plus des mesures coûteuses et répressives pour de moindres résultats. Il nous semble aberrant qu'on augmente le nombre de places en centre fermé à raison de 210 euros par jour et par personne au lieu d'utiliser des places déjà existantes dans tout le réseau d'accueil (Fedasil, centres ouverts, etc.) et qui reviennent à 36 euros par jour et par personne", indique M. Kassou."Nous nous demandons également comment le gouvernement compte s'y prendre pour évacuer un lieu de passage comme le parc Maximilien. Les quelque 150 migrants qui s'y trouvent quotidiennement ne sont pas un problème mais c'est la rentrée et on agite cet épouvantail pour faire oublier "Schild & Vrienden", l'enseignement, le racisme, la question des pensions qui constituent eux, de vrais problèmes. Par ailleurs, nous n'avons toujours pas eu de réponse à la lettre ouverte envoyée il y a trois semaines à l'ensemble des membres du gouvernement, qui proposait la création d'un centre d'accueil et d'orientation pour réellement accueillir, accompagner et informer les migrants", conclut-il.


Alain Courtois satisfait

Le Premier échevin de la Ville de Bruxelles Alain Courtois (MR) a lui accueilli avec satisfaction l'annonce d'un plan. Pour lui, cela rendra au Parc Maximilien sa vocation première de havre de verdure pour les riverains. "J'ai pris connaissance lundi matin de la décision prise par Messieurs Jambon et Francken d'installer un centre administratif destiné aux transmigrants au centre 127 bis de Steenokkerzeel. S'il s'agit bel et bien d'un service destiné aux migrants en séjour illégal et ne demandant pas l'asile, je ne peux que m'en réjouir", a commenté Alain Courtois.

Le Premier échevin libéral a rappelé qu'il plaidait pour l'ouverture d'un tel centre auprès du fédéral depuis plusieurs semaines. "Cette décision va permettre au Parc Maximilien de retrouver sa fonction première de parc de loisirs et de délassement, au bénéfice des riverains et leurs enfants et, ainsi, ne plus servir de hub pour les transmigrants en attente d'un départ vers le Royaume-Uni", a-t-il ajouté.

Pour Alain Courtois, "il était temps" que le dossier soit pris à bras-le-corps par le fédéral, tant pour les riverains du parc que pour tout le centre-ville de Bruxelles.

Une réunion aura lieu en début d'après-midi au cabinet du ministre de l'Intérieur à ce sujet.  

Vos commentaires