En ce moment
 
 

La sociale-démocrate Mette Frederiksen sera Première ministre au Danemark

(Belga) Au Danemark, la sociale-démocrate Mette Frederiksen succédera bien au poste de Premier ministre au libéral Lars Lokke Rasmussen. Après trois semaines de négociations, elle a décroché un accord mercredi avec trois autres partis de gauche pour former un gouvernement. L'accord gouvernemental témoigne d'ambition climatique avec le projet d'une loi contraignante.

La chef de file sociale-démocrate Mette Frederiksen a annoncé la conclusion d'un accord avec les trois partis de la gauche et du centre-gauche du Danemark pour former un gouvernement, trois semaines après les élections du 5 juin. "Maintenant nous sommes arrivés au but (...) nous montrons ainsi que lorsque les Danois votent comme ils l'ont fait, une nouvelle majorité peut traduire leurs espoirs en actions", a dit dans la nuit de mardi à mercredi Mme Frederiksen qui va former un gouvernement minoritaire, une habitude dans le pays, soutenu par ses alliés. Chargée par la reine des négociations pour former un gouvernement, elle va mercredi lui présenter l'accord gouvernemental de 18 pages. Les analystes misent sur une présentation du gouvernement jeudi. "C'est un document politique qui, comme l'un des premiers au monde, définit réellement des ambitions vertes. Nous allons élaborer un plan climat, une loi contraignante sur le climat et réduire les émissions de gaz à effet de serre de 70%", a dit la chef de la sociale-démocratie. Avec 25,9% des suffrages, son parti est la première formation du pays et l'ensemble du "bloc rouge" a une majorité absolue de 91 sièges sur les 179 que compte le Folketing, le Parlement danois. L'accord prévoit notamment l'abandon du projet de placer sur une île inhabitée les migrants "indésirables", des déboutés de l'asile qui ont un casier judiciaire - en attente d'expulsion, et ceux qui ne peuvent être renvoyés vers leur pays. "La raide Mette Frederiksen a eu son gouvernement, place à la réalité politique", a jugé le quotidien Politiken qui relève que "tous les désaccords sont dûment omis" dans la feuille de route. "Les ornières verront donc rapidement la lumière du jour", a-t-il prédit citant la retraite anticipée, le logement et la défense comme de potentiels différends. (Belga)

Vos commentaires