En ce moment
 
 

Coronavirus en Belgique: quand les cours à distance riment avec stress et manque de motivation

 
CORONAVIRUS
 

Quel est l'impact de la crise sanitaire sur le moral des jeunes? Une étude conjointe des universités de Liège et de Louvain-la-Neuve montrent que cette pandémie et tout ce qui en découle ont des conséquences chez des élèves de 12 à 18 ans.

Dans une école secondaire de Louvain la Neuve que nous visitons, les cours se donnent par demi-groupe à partir de la 3e. Pendant qu'une moitié des élèves se trouve en classe, l'autre travaille depuis la maison. Cette alternance n'est pas toujours bien vécue par les élèves. "À la maison, on a envie de faire autre chose que travailler. Il faut essayer de garder le rythme de l'école à la maison", témoigne l'une d'entre eux. "On a beaucoup plus de travail. Les profs n'hésitent pas à charbonner. On essaie de faire le maximum mais ce n'est pas évident", renchérit un autre.

Un sentiment qui conforte une étude menée par l'UCLouvain et l'Université de Liège pendant les premières semaines d'école. 77% des élèves francophones se disent stressés à des degrés divers contre 63% en juin dernier. "On voit les profs moins souvent donc poser des questions, c'est plus difficile", constate un jeune. "Je me réveille à 14h. C'est difficile de travailler car je suis à la maison, avec les distractions", souffle un autre interrogé. 

Pour vivre à distance des cours, il faut être bien chez soi

Autre constat: les élèves du premier cycle vivent mieux la crise sanitaire que leurs aînés. L'étude pointe également un risque d'accroissement des inégalités. "Les élèves de milieux socio-économiques défavorisés ont tendance à avoir un niveau de bien-être motivation plus faible maintenant que leurs homologues issus de milieux plus favorisés. On voit que les ressources matérielles à la maison jouent un rôle dans le sentiment de bien-être et de motivation des élèves", éclaire Sébastien Dellisse, coauteur de l'étude et chargé de cours en Sciences pédagogiques à l'UCLouvain.

Ce constat est également fait par Damien Dejemeppe, directeur du lycée Martin V. "Pour vivre à distance des cours, il faut être bien chez soi, avoir du matériel à disposition. Ce n'est pas le cas de tous les élèves", nous précise-t-il. 

Dans ce contexte, 62% des 2.400 jeunes sondés affirment encore "être heureux" ou "très heureux" contre 71% avant l’été.

COVID-19 Belgique : où en est l’épidémie ce lundi 30 novembre ?

 




 

Vos commentaires