En ce moment
 
 

Parking à l’aéroport de Charleroi: à partir d’aujourd’hui, il faudra PAYER

Le moindre stationnement sera payant, à partir de ce mardi, à l’aéroport de Bruxelles-Sud Charleroi. Les 15 premières minutes, gratuites jusqu’ici, seront désormais facturées 1€. Selon l’aéroport, cette décision n’est pas économique. Elle a pour but de fluidifier le trafic.

Robert a contacté notre rédaction via la page Alertez-nous. Il voulait attirer notre attention sur un changement d’habitude à l’aéroport de Charleroi: "Dès le 1er juillet, il faudra payer 1€ pour simplement déposer ou embarquer quelqu'un! Est-ce bien normal ?"

"L’objectif, c’est fluidifier le trafic"

L’aéroport de Charleroi est géré par une société privée. La gestion des parkings est confiée à la société Q-Park. Les deux entreprises ont donc le droit de faire appliquer les tarifs qu’elles veulent. Par contre, on peut se poser la question de l’opportunité d’une telle mesure. Dans la majorité des aéroports du monde, le dépose-minute est gratuit. Il ne faut pas payer si vous ne stationnez que peu de temps, juste celui nécessaire pour faire descendre un passager et lui dire au revoir, en vitesse. Désormais, à Charleroi, il faudra payer un euro pour les 15 premières minutes, et deux euros pour la demi-heure. "Ce n’est pas une décision économique" explique Vincent Grassa, attaché de presse de l’aéroport. "L’objectif principal de cette mesure, c’est fluidifier le trafic dans le parking express."

Des problèmes récurrents dans le parking express

Depuis plusieurs années, la direction de l’aéroport de Charleroi déplore des soucis au niveau du parking express. « Il y avait de gros problèmes de fluidité » poursuit Vincent Grassa. "Il y a des gens qui stationnaient au milieu de la route. Comme ils ne restaient pas longtemps, ils pensaient qu’ils n’avaient pas besoin de se garer. Cela devenait n’importe quoi". Autre problème : les files à la sortie du parking. "Certains usagers calculaient tout juste leurs 15 minutes gratuites. Ils ne validaient pas leur ticket et donc, arrivés à la barrière de sortie, ils étaient bloqués. Ils devaient faire marche arrière, bloquant ainsi toute la circulation derrière eux." C’est pour régler ce genre de problèmes que l’aéroport a décidé de faire payer le moindre stationnement, même de courte durée.

A Brussels Airport, c'est gratuit !

A titre d'exemple, comparons la situation avec celle de l'aéroport de Bruxelles, à Zaventem. Si vous devez déposer quelqu'un à Brussels Airport, vous pouvez utiliser la zone "Kiss & Fly". C'est une zone où un arrêt bref est autorisé pour débarquer des passagers. Dans ce cas, c'est gratuit, mais vous ne pouvez pas y laisser votre voiture. Le "Kiss & Fly" est plutôt réservé aux départs. L'aéroport conseille d'ailleurs aux conducteurs qui viennent rechercher un passager de ne pas utiliser cette zone. Pour ces conducteurs, ou pour ceux qui souhaitent accompagner leur passager dans le terminal, l'aéroport conseille l'utilisation des parkings classiques. Dans ce cas, trois formules: un parking express (3h maximum, pour 2€50 par demi-heure); un parking P1 à 4 euros l'heure et un parking P2 à 3,5 euros l'heure.

Fluidifier et conscientiser

Le porte-parole de l’aéroport l’assure, l’idée n’est pas de faire de l’argent. "C’est un prix symbolique" poursuit le porte parole. "Ce que l’on veut, c’est conscientiser les gens. Leur faire comprendre qu’ils ne sont pas les seuls à utiliser ce parking". Faire payer les usagers 1 euro, cela permet aussi de les obliger à valider leur ticket. Et éviter ainsi les files aux barrières de sortie.


En deux ans, la direction de l’aéroport a investi plus d’un million d’euros dans ce parking express. Parking dont la capacité devrait être augmentée très prochainement.

Vos commentaires