En ce moment
 

Décès de la petite Mawda: Bart De Wever "est à la hauteur des propos de bistrot de n'importe quel crétin!"

A savoir

Les parents de la petite Mawda, tuée dans la nuit du 16 au 17 mai derniers par une balle de la police lors d'une course-poursuite sur l'E42, ont introduit une demande de régularisation en Belgique, afin de pouvoir y résider de manière permanente pour motif humanitaire, a indiqué dimanche le secrétaire d'État à l'Asile et la Migration Theo Francken, sur le plateau de l'émission "De Zevende Dag" (VRT).

Le décès de la petite Mawda fait couler beaucoup d'encre, et suscite une importante polémique. Les milieux politiques s'en sont emparés. Les uns dénoncent la politique du gouvernement Michel, les autres pointent la responsabilité des passeurs.

La N-VA n'est pas restée à l'écart, c'est le moins que l'on puisse dire. Bart De Wever a d'ailleurs frappé fort en évoquant la responsabilité parentale, quelques jours à peine après le drame. "Il y a toute une histoire concernant cette famille irakienne", a-t-il indiqué alors qu'une enquête est en cours. "Ils ont été demander l'asile en Allemagne. Ils sont entrés illégalement en Angleterre d'où ils ont été expulsés vers l'Allemagne. Apparemment, l'asile leur a été refusé fin de l'année dernière et depuis lors, ils ont déjà été interceptés à trois reprises dans notre pays alors qu'ils tentaient à nouveau de gagner illégalement l'Angleterre. (...) Dans ce cas, aussi tragique que soit la mort d'un enfant, et un enfant est par nature innocent, il est permis de souligner la responsabilité des parents. Ne parler de ces gens qu'en termes de victimes, je trouve que ce n'est pas correct", a dit Bart De Wever.


"La petite n'est pas encore enterrée qu'on a déjà des réactions d'une inhumanité absolument incroyable"

Dans l'émission "C'est pas tous les jours dimanche", les chroniqueurs sont revenus sur ces propos très critiqués. Rik Van Cauwelaert, journaliste au quotidien néerlandophone "De Tijd", a ainsi réagi en estimant que "Bart De Wever a manqué l'occasion de se taire. Cela a commencé dès le début. Dans les premières manifestations, on a entendu les cris 'Theo assassin !'. Depuis ce moment-là, on savait que la réponse allait venir d'Anvers".

"La petite n'est pas encore enterrée qu'on a déjà des réactions d'une inhumanité absolument incroyable", a pour sa part déploré Alain Raviart. "En une semaine, les criminels maintenant ce sont papa et maman. C'est ça que Bart De Wever veut dire. La responsabilité est déplacée vers les parents, alors que la responsabilité éventuelle de l'Etat, de la politique, eh bien on met ça sur le côté".

Christophe Giltay, journaliste RTL-TVI, a de son côté fait part de sa désapprobation profonde vis à vis des déclarations du leader de la N-VA. "C'est terrible. Je suis atterré par ce débat. Les déclarations de Bart De Wever sont, à mon avis, indécentes. Ce sont presque des propos de bistrot. (...). Quand on prétend être un dirigeant politique et qu'on se compare à Auguste... Il n'est pas à la hauteur d'Auguste. Il n'est pas à la hauteur de Cicéron non plus. Il est à la hauteur des propos de bistrot de n'importe quel crétin qui dirait ça après X bières !".

Pour Michel Henrion, expert politique, les déclarations de De Wever ne sont pas du tout maladroites. Que du contraire. Elles ont été très réfléchies et calculées. "Je pense que sa réaction est très calculée, parce que plus la N-VA est au pouvoir, plus elle doit cultiver son image anti-système. Même le Vlaams Belang est dépassé sur sa droite si je lis le fil Twitter. A côté de la N-VA, le Belang ce sont des humanistes. C'est glaçant ! Et quel genre d'homme est De Wever pour dire à des parents en deuil qu'ils sont responsables de la mort de leur enfant ?", a dénoncé Michel Henrion.

Vos commentaires