En ce moment
 
 

La Pologne ravive le contentieux avec Berlin en réclamant des réparations de guerre

A découvrir

histoire

Quatre-vingts ans après les explosions des premières bombes allemandes lancées sur la Pologne, leur écho résonne soudain plus fort: Varsovie réclame des milliards d'euros de réparations de guerre.

Bons voisins et alliés au sein de l'Otan et de l'UE, Varsovie et Berlin paraissaient avoir clos leur contentieux issu de la Seconde Guerre mondiale.

Mais l'arrivée au pouvoir des conservateurs nationalistes en Pologne, pour qui la méfiance à l'égard de l'UE et de l'Allemagne est un thème politique porteur, a modifié la donne.

"La Pologne n'a pas encore reçu d'indemnisation adéquate. (...) Nous avons perdu six millions de personnes au cours de la Seconde Guerre mondiale - beaucoup plus que d'autres États qui ont reçu d'importantes réparations. Ce n'est pas juste. Cela ne peut pas rester en l'état", réitérait la semaine dernière le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki.

La question a été relancée en 2017 par le chef du parti conservateur Droit et Justice (PiS) Jaroslaw Kaczynski. Varsovie prépare un nouveau rapport, bien plus ample que celui, dressé en 1947, qui évoquait la somme équivalente à 850 milliards USD actuels, selon le député PiS Arkadiusz Mularczyk.

- "Discrimination" -

"Tant d'années après la fin de la guerre, l'Allemagne n'a pas réfléchi sur son passé, pensant davantage à protéger la stabilité de son budget qu'à observer les règles démocratiques de l'Etat de droit et respecter les droits de l'Homme", a déclaré à l'AFP M. Mularczyk qui préside une commission parlementaire chargée d'estimer les dommages à indemniser. Selon lui, la Pologne a été victime de "discrimination".

Berlin reconnaît sa responsabilité pour les atrocités de la guerre mais rejette les nouvelles demandes de réparations, qu'elles viennent de Pologne ou de Grèce.

"La position du gouvernement allemand reste inchangée, la question des réparations allemandes est juridiquement et politiquement close", fait valoir une porte-parole de Berlin, Ulrike Demmer.

Selon l'Allemagne, la Pologne avait renoncé en 1953 aux réparations de guerre de la part de l'Allemagne de l'Est. Et la question a été définitivement réglée avec le Traité "2+4" entre les deux Etats allemands et les quatre vainqueurs - Etats-Unis, URSS, Grande-Bretagne et France. Sa signature en septembre 1990 a ouvert la voie à la réunification allemande.

Mais les conservateurs polonais contestent l'accord de 1953, conclu à l'époque communiste. Et, craignant peut-être un débat juridique complexe, ils préfèrent insister sur le "devoir moral" des Allemands.

Les Polonais semblent partagés sur la question des réparations.

Pour Tadeusz Sierandt, témoin des premiers bombardements allemands à Wielun (centre), le 1er septembre 1939, l'affaire est close depuis la décision des grandes puissances d'accorder à la Pologne environ 100.000 km2 dans le nord et l'ouest du pays aux dépens de l'Allemagne, tout en la privant d'environ 175.000 km2 de terrains à l'est au profit de l'Union soviétique.

"Je me contenterais de ces territoires recouvrés en 1945", déclare à l'AFP cet homme de 88 ans.

En revanche, pour Tadeusz Olejnik, historien vivant à Wielun, réclamer des réparations reste "moralement justifié".

- Wehrmacht et tollé -

Si la classe politique allemande est unanime pour juger clos le dossier des réparations, il en va tout autrement de l'éventuelle réhabilitation de la Wehrmacht, réclamée par des dirigeants d'une extrême droite en plein essor dans l'est du pays.

Le président du parti Alternative pour l'Allemagne (AfD), Alexander Gauland, a lancé en septembre 2017, en pleine campagne électorale nationale, que son pays pouvait être "fier des exploits des soldats allemands pendant les deux guerres mondiales".

Ces déclarations ont suscité un tollé sur le reste de l'échiquier politique allemand, gauche et droite confondues. Ces condamnations unanimes n'ont pas empêché l'élection, le 24 septembre 2017, de 94 députés AfD. Une première.

"Comme la question (des réparations) n'a pas été réglée, on en arrive là à relativiser le rôle joué par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale", a commenté M. Mularczyk.

En 1939, la Pologne avait été attaquée également par l'URSS de Staline. Cependant, "la partie polonaise ne soulève pas actuellement la question des réparations de guerre à l'égard de la Russie", a indiqué à l'AFP le ministère polonais des Affaires étrangères.

Vos commentaires