En ce moment
 

On a testé la réparation de smartphone à domicile (photos)

smartphone, réparation

Changer l'écran de son téléphone plutôt que d'aller en acheter un nouveau: vous êtes de plus en nombreux à le faire. Les boutiques se multiplient et pour se démarquer, une enseigne a décidé de réparer votre smartphone… chez vous. RTL info a testé le concept pour vous.

Cela fait très longtemps que la plupart des gens changent de téléphone portable en moyenne tous les deux ans. Une batterie qui s'essouffle, un écran griffé, un gros coup dans le coin après une chute, une interface trop lente... les problèmes ne manquent pas.

Pour le "téléphone lent", il n'y a hélas pas grand-chose à faire : les systèmes d'exploitation et les applications se mettent très souvent à jour, pour exploiter l'évolution technique des nouveaux modèles, plus puissants et/ou avec plus de fonctionnalité. On n'arrête pas le progrès (même si parfois on aurait bien envie...)

Vous êtes de plus en plus nombreux à réparer

En revanche, pour les autres soucis que rencontrent de nombreux smartphones, il est possible de faire quelque chose pour éviter de le remplacer. Un principe très simple, finalement, qui s'appliquait à tous nos appareils il y a une vingtaine d'années: les faire réparer !

Ça n'est pas nouveau, mais visiblement les Belges se de plus en plus disposés à le faire. Le magasin iFixTech, qui ne comptait à l'origine qu'un seul réparateur (son fondateur…), a désormais plusieurs employés et a même investi dans des machines pour fabriquer lui-même la "vitre" qui compose les écrans.

"Cela a grandement réduit le coût des pièces, et donc la facture finale pour le client", nous a expliqué Jeremy Golender, qui nous a rendu une petite visite un peu particulière.

Un service à domicile

En effet, après un premier magasin à Overijse et un second Avenue Louise à Bruxelles, la petite société a lancé un nouveau service il y a quelques mois: la réparation de smartphone à domicile. Nous l'avons testée pour vous !

La première étape est de remplir un formulaire sur le site iFixTech.be, ou d'appeler la boutique (il sera bientôt possible de le faire via une application). Il faut expliquer le problème, donner ses disponibilités, etc…

Ensuite, un rendez-vous est fixé, et un technicien vous rend une petite visite. Il se déplace avec une voiture bien reconnaissable (surmontée d'un grand smartphone…), des petits outils et un grand buvard pour ne pas salir votre table et ni perdre de petites pièces.

S'il s'agit d'un simple remplacement d'écran cassé, cela peut aller très vite. Nous avons testé le service de réparation à domicile avec un Nokia Lumia 1020 complètement mort, tombé sur l'écran et qui ne réagissait plus à rien. La vitre était brisée sur toute sa surface.

"C'est souvent uniquement l'écran. Parfois, on peut se contenter de remplacer la vitre, le reste des composants étant encore fonctionnel. Mais ce n'est pas le cas avec tous les smartphones".


Seulement 10 minutes

Dix minutes (et une dizaine de manipulations délicates) plus tard, l'appareil démonté puis remonté avec un nouvel écran se réveille. Ce n'était donc que ça… Test réussi !

Jusqu'à présent, "ce sont surtout les entreprises qui sont intéressées par ce service à domicile, qui est par ailleurs très répandu dans d'autres pays", selon Jeremy.

La facture dans notre cas s'élevait à 200€, hors frais de déplacement. Mais ce sont surtout les pièces de notre écran qui coutaient cher. A titre d'exemple, une telle réparation pour un iPhone 4/4S ne coûte plus que 65€ (alors qu'il fallait compter 140€ il y a deux ans).


Un forfait de 15 euros pour les déplacements

Le déplacement est facturé 15 euros au particulier, mais pour les entreprises, "nous envisagerons peut être un service à domicile gratuit en fonction du nombre d'appareils à réparer".

L'avantage de la réparation à domicile ? Le gain de temps. Si vous allez en boutique avec votre appareil cassé, il n'y aura peut-être aucun technicien disponible pour le réparer directement. Vous devrez soit attendre, soit revenir le chercher quelques heures plus tard.

Or, être séparé si longtemps de son smartphone, c'est… difficile pour certains.

Vos commentaires