En ce moment
 
 

Une femme stérile atteinte du "syndrome de Turner", donne naissance à un bébé sain à Bruxelles: "Une première mondiale"

Une femme stérile atteinte du "syndrome de Turner", donne naissance à un bébé sain à Bruxelles: "Une première mondiale"
PIXABAY
 
 

Le syndrome de Turner provoque la disparition précoce des ovocytes, et compromet la fertilité. Ce jeudi, l'UZ Brussel a annoncé qu'une femme avait accouché d'un enfant sain, c'est une première mondiale.

Une femme atteinte du syndrome de Turner, qui se traduit par une anomalie du fonctionnement des ovaires et est souvent associé à une infertilité, a récemment donné naissance à un bébé sain issu de ses propres ovocytes au terme d'un traitement suivi à l'UZ Brussel, annonce jeudi par communiqué l'établissement qui parle de "première mondiale".

En Belgique, plus de 2.000 femmes souffrent du syndrome de Turner, qui provoque souvent une disparition précoce des ovocytes, ce qui compromet la fertilité.  

La congélation d'ovocytes ouvre ainsi de nouvelles perspectives pour les patients Turner ayant un désir de maternité. "Pour augmenter la probabilité d'avoir un jour un enfant qui partage le même patrimoine génétique, les patientes Turner peuvent faire congeler leurs ovocytes très tôt dans leur vie. Cette démarche peut être envisagée dès la puberté et est précédée d'une cure hormonale", explique l'UZ Brussel, qui appelle à un remboursement de la préservation de la fertilité pour de telles patientes.   

"Il faut savoir qu'à l'heure actuelle, ce traitement contre la stérilité est remboursé uniquement aux patientes cancéreuses, alors que d'autres maladies ont également un impact sur la fertilité", relève le Pr Michel De Vos, médecin spécialiste de la fertilité au centre de médecine reproductive de l'UZ Brussel. Celui-ci souligne la nécessité d'une approche multidisciplinaire dès le plus jeune âge car "le désir d'enfant reste un choix fondamental". "Il est important que la jeune fille bénéficie d'un accompagnement psychologique et médical correct pour qu'elle dispose de toutes les informations requises et puisse réfléchir soigneusement à cette démarche. Mais la sensibilisation des médecins traitants et des parents se révèle également cruciale en la matière, elle précède tout le reste".  

L'hôpital fait encore remarquer que certaines jeunes filles souffrant du syndrome de Turner perdent tous leurs ovocytes à un âge précoce, parfois même avant la puberté. "Le cas échéant, elles ne peuvent pas les faire congeler. Le don intergénérationnel peut alors constituer une option. Avant d'avoir atteint un âge trop avancé, la mère doit suivre une cure hormonale pour faire congeler ses ovocytes en prévision d'un don éventuel à sa fille porteuse d'un syndrome de Turner au cas où il provoquerait sa stérilité", détaille l'institution.  

Cette nouvelle avancée a été publiée début février dans la revue scientifique Journal for Assisted Reproduction and Genetics.


 

Vos commentaires