En ce moment
 

Creuse: le cannabis pour redynamiser le territoire

Creuse: le cannabis pour redynamiser le territoire
Marien Sablery, agriculteur chanvrier bio, dans un de ses champs à Evaux-les-Bains dans la Creuse, le 31 mai 2018Thierry Zoccolan

Emmanuel Macron avait lancé cet automne un défi aux élus de la Creuse: innover pour redynamiser l'un des départements les plus défavorisés de France. Aujourd'hui, ils lui proposent de se lancer dans la culture et la transformation du cannabis à vocation thérapeutique.

Ce projet, qui pourrait apporter des millions d'euros à une zone sinistrée par la désertification rurale, ne paraît plus si loufoque puisque la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, vient d'ouvrir le débat sur l'utilisation de la molécule du cannabis, "qui peut être intéressante pour le traitement de certaines douleurs très invalidantes".

Le 17 octobre, le président recevait à l’Élysée les élus creusois, histoire de tirer un trait sur sa visite mouvementée en Corrèze où ces élus, venus à sa rencontre avec les ouvriers de GM&S, avaient été reçus à coup de gaz lacrymogène.

En guise de rameau d'olivier, Emmanuel Macron leur avait proposé un "Plan Particulier pour la Creuse", à charge pour eux de revenir vers lui avec des solutions innovantes.

Chiche lui répondent-ils, emmenés par Éric Corréia, président du Grand Guéret. Cet infirmier anesthésiste, formé à la prise en charge des douleurs, a rallié le député En Marche local, Jean-Baptise Moreau, dont l’attaché parlementaire, l’infirmier addictologue Vincent Turpinat, défend désormais la démarche.

"Au début on s’est montré méfiants. Bien que convaincu de l’intérêt médical de cette plante, le député sait que le sujet est sensible en France et que les confusions sont vites faites" avec les usages récréatifs, dit-il. "Ce que nous défendrons pour la Creuse, c’est la possibilité d’expérimenter la plantation de cannabis à vocation médicinale, sa transformation, sa valorisation économique et sa distribution contre suivi médical strict et sous contrôle de l’État".

Les millions de dollars et les 18.000 emplois créés au Colorado, qui a légalisé le cannabis il y a trois ans, font rêver Éric Corréia. "Autant vous dire que 10% de tout ça me suffirait amplement pour la Creuse !"

Reste à rallier l'opinion. Ce mardi 22 mai, à Guéret, quelque 200 Creusois se pressent à une réunion d'information organisée par le lobby citoyen NormL, dont les spécialistes santé et droit accompagnent la démarche.

Olivier Bertrand, médecin addictologue et cofondateur de l’association, vante le "consensus médical international" sur les effets calmants du cannabis pour tous les troubles liés "aux cancers et au sida, contrecoups des chimiothérapies, trouble de l’humeur et autre radiothérapies...". Glaucome, syndrome de Tourette, sclérose en plaques... la liste est longue.

- "Savoir-faire"-

"Pourtant en France, le patient qui essaye de se procurer du cannabis sera exposé à un triple risque : sanitaire en se procurant la molécule sur le marché noir, sécuritaire puisqu’il est contraint de la rechercher auprès de circuits illégaux et enfin judiciaire puisqu’il s’expose à des poursuites", explique-t-il.

Pour Béchir Bouderbala, juriste de l'association, une filière thérapeutique expérimentale en Creuse concernerait "un peu moins de 300.000 patients français susceptibles d’être répondants aux molécules thérapeutiques du chanvre".

Car pas question pour les malades de se rouler un joint. "Ce que nous demandons c’est le droit de faire pousser du chanvre bio pour en exploiter les parties riches en molécules soignantes et, sur place, de les transformer en médicaments, avec la mise en place d’une entreprise publique pour contrôler la filière (et) des professionnels de santé dédiés", comme en Israël, Espagne ou Suisse, dit Éric Corréia.

Avec à la clef dès la première année, "500 à 1000 emplois directs dans le département, sans parler des emplois induits et des retombées économiques", énumère Béchir Bouderbala.

"Ici il y a la place, le terroir qu’il faut, mais également le savoir-faire, puisque la Creuse jusqu’au XIXe siècle était un important territoire de culture de chanvre", renchérit Marien Sablery.

Ce jeune Creusois en cultive encore, mais pour ses débouchés réglementaires "bâtiment, alimentation animale, fibres vestimentaires". "Le chanvre thérapeutique serait une diversification d’avenir innovante pour nos métiers qui souffrent tellement", plaide-t-il.

Prochaine étape des élus, une rencontre avec le président pour présenter leur démarche avec en ligne de mire la naissance d'une filière dès 2019.

Vos commentaires