En ce moment
 

Le cdH propose de sortir l'avortement du Code pénal tout en maintenant des sanctions

(Belga) Le cdH est le septième groupe politique à la Chambre à déposer une proposition de loi dans le cadre du débat sur la dépénalisation de l'avortement. Il propose de sortir l'IVG pratiquée dans les 12 semaines de grossesse du Code pénal tout en maintenant des sanctions pénales pour le médecin qui n'aurait pas respecté les conditions, y compris dans le délai imparti, écrit mercredi La Libre.

Dans les 12 semaines, une femme qui avorte ne sera plus poursuivie même si la procédure n'a pas été respectée. Elle sera seule juge de son état de détresse. "Je peux entendre que garder l'IVG au même niveau que le viol ou l'assassinat, c'est lourd de sens pour une femme en détresse parce qu'elle a eu un accident de contraception et refuse un projet parental", estime la cheffe de groupe Catherine Fonck. Au-delà du délai de 12 semaines, les sanctions pénales, pouvant aller jusqu'à des peines de prison, continueraient à s'appliquer tant aux médecins qu'aux femmes. Les six autres propositions de loi déposées prévoient de toucher aux conditions de pratique de l'avortement. Selon ces textes, les délais autorisés vont de 12 à 20 semaines de grossesse, le délai de réflexion de 6 jours est diminué voire supprimé et il n'est plus question de vérifier l'"état de détresse" de la femme. Le cdH n'entend pas toucher à ces conditions si ce n'est que l'état de détresse ne devra plus être constaté par le médecin mais justifié par la femme. "L'IVG n'est pas justifiée par la seule volonté de la femme mais par sa détresse. Cela évite une banalisation symbolique de l'IVG", souligne Catherine Fonck. (Belga)

Vos commentaires