En ce moment
 

Lyon donne le coup d'envoi de la Marche mondiale pour le climat en France

Lyon donne le coup d'envoi de la Marche mondiale pour le climat en France
La marche pour le climat à Lyon, le 8 décembre 2018JEAN-PHILIPPE KSIAZEK

"Urgence climatique et justice sociale, même combat": la Marche mondiale pour le climat, qui a réuni plusieurs milliers de personnes samedi à Lyon, a voulu affirmer l'absence d'opposition entre défense de l'environnement et du pouvoir d'achat.

"Notre marche se veut 100% non violente", a expliqué à l'AFP Maxime Forest, de l'association Alternatiba, mouvement citoyen de mobilisation sur le dérèglement climatique. Les membres du service d'ordre des organisateurs en gilets verts encadraient le cortège et l'ambiance est restée bon enfant.

A la mi-journée, les forces de l'ordre ont canalisé en douceur les participants sur les berges du Rhône où plusieurs militants ont clos la marche par des prises de parole sur fond de musique et de slogans scandés en choeur comme "Fin du monde et fin du mois, même combat !"; "On est plus chauds que le climat !".

"Bravo ! On est au moins 10.000 réunis à Lyon pour sauver le climat", a lancé au micro M. Forest, en appelant les participants à se tenir par les épaules. La préfecture a comptabilisé pour sa part 7.000 personnes.

Lors de sa précédente édition, la manifestation en avait rassemblé quelque 15.000 à Lyon.

Plusieurs dizaines de "gilets jaunes", certains arborant un tissu blanc en signe de non violence, ont rejoint le cortège.

"C'est vrai, il n'y a pas d’opposition entre fin du monde et fin du mois. Qu’on arrête d’opposer les catégories sociales!", dit à l'AFP l'un d'entre eux, Pierrick Hartmann. "On doit rester dans une démarche citoyenne, de façon adulte", ajoute ce Lyonnais "gilet jaune" de 49 ans, qui travaille dans un réseau d'insertion pour jeunes diplômés.

Quelques gilets rouges et jaunes CGT cheminots et rouges d'Attac se sont également joints à la manifestation.

Parti de la place Jean Macé, un quartier du sud-est lyonnais, la Marche s'était dirigée vers les berges du Rhône, près du pont de la Guillotière, dans le 7e arrondissement.

La préfecture avait demandé aux organisateurs de modifier leur parcours initial et d'éviter le centre-ville après les violences des dernières manifestations de "gilets jaunes", ce qu'ils ont accepté.

Pour "réveiller les consciences des Etats, du grand public et du monde sur l'urgence climatique", une fanfare, des tambours et un concert de casseroles ont accompagné le cortège. "C'est la Climate Alarm", relève Maxime Forest.

Des Marches pour le climat étaient initialement prévues dans 12 autres villes de la région, mais certaines ont été annulées en raison du contexte sécuritaire.

cha/fga/cca

Vos commentaires