En ce moment
 

Quelque 20.000 Belges exemptés du port de la ceinture ces 10 dernières années

Quelque 20.000 Belges exemptés du port de la ceinture ces 10 dernières années

(Belga) Quelque 20.000 Belges se sont vu octroyer des exemptions au port de la ceinture ces 10 dernières années, soit une moyenne de 2.000 exemptions par an, indique jeudi Vias sur base de chiffres du SPF Mobilité. "Le fait qu'autant de personnes soient exemptées n'est pas une bonne chose pour la sécurité routière", souligne l'institut, qui estime que les exceptions à la règle doivent rester exceptionnelles et souhaite dès lors réformer le système.

Selon Vias, les professionnels de la santé s'accordent à dire que les bienfaits du port de ceinture sont plus nombreux que l'inconfort qu'il provoque dans certains cas. "Les experts de la circulation, les ergonomes et le personnel médical et paramédical confirment qu'il n'existe pas de raisons médicales justifiant une exemption (...)", pointe Vias dans un communiqué. Alors que plus de 60% des usagers tués dans un accident sur autoroute ne portaient pas leur ceinture au moment de l'accident, quelques 20.000 exemptions ont été octroyées au cours de la dernière décennie, dont trois quarts à titre définitif. "Ces chiffres sont en baisse mais restent très (trop) importants", notamment en comparaison avec certains pays voisins, regrette l'ex-IBSR. "Le bureau central qui traite les demandes d'exemption aux Pays-Bas reçoit à peine 500 demandes par an. Et ce ne sont pas toutes de nouvelles exemptions car la durée de validité maximale est de cinq ans. Il y a donc aussi des renouvellements", note Vias, qui juge préférable de ne pas accorder de dispense pour une durée illimitée. A l'heure actuelle, le patient doit simplement envoyer une attestation d'un médecin au SPF Mobilité, en charge de l'octroi des exemptions. A l'avenir, Vias pencherait plutôt en faveur d'un scénario selon lequel le médecin traitant ne prendrait pas lui-même la décision d'exempter son patient. A la place, "il fournirait seulement des informations médicales pertinentes à une instance centrale qui enregistrerait la demande, l'évaluerait, prendrait la décision selon une liste de critères négatifs et motiverait son choix". (Belga)

Vos commentaires