En ce moment
 

Air France: l'intersyndicale veut rencontrer la nouvelle dirigeante

Air France: l'intersyndicale veut rencontrer la nouvelle dirigeante
La nouvelle présidente d'Air France-KLM, Anne-Marie Couderc, lors de son arrivée à l'assemblée générale du groupe aérien le 15 mai 2018ERIC PIERMONT

L'intersyndicale d'Air France a écrit vendredi à la nouvelle dirigeante d'Air France-KLM et demande à être reçue immédiatement pour discuter salaires et sortir de la "situation de blocage" dans laquelle la compagnie est empêtrée depuis février.

"Après bientôt trois mois de conflit qui n'ont pas permis à un véritable dialogue de s'établir, (...) tous les salariés attendent de votre part des mots et des actes susceptibles de purger le malaise profond qui perdure et de remettre rapidement Air France dans une dynamique positive", écrit-elle dans une lettre ouverte à Anne-Marie Couderc, choisie pour remplacer Jean-Marc Janaillac.

Les "nombreux défis" auxquels la compagnie doit faire face "ne pourront être abordés sereinement et avec l'énergie nécessaire tant que nous n'aurons pas trouvé le compromis qui réponde favorablement à notre revendication", selon elle.

Les dix organisations de pilotes (SNPL, Spaf, Alter), d'hôtesses et de stewards (SNPNC, Unsa-PNC, CFTC, SNGAF) et de personnel au sol (CGT, FO et SUD) qui la composent ont mené 15 journées de grève entre le 22 février et le 8 mai. Elles réclament 5,1% d'augmentation générale en deux temps pour 2018.

La dernière proposition de la direction prévoyait une augmentation de 2% immédiatement et une hausse de 5% sur la période 2019-2021, conditionnée aux résultats d'Air France. Mais elle a été rejetée à 55% par le personnel lors d'une consultation, entraînant la démission de M. Janaillac.

"Avec une participation massive (80%, NDLR), les salariés ne comprendraient pas que leur vote reste lettre morte", insiste l'intersyndicale, persuadée que les deux camps sont "dans l'obligation morale d'agir sans délai".

"Pour mettre fin à cette situation de blocage, nous vous proposons de vous rencontrer dès maintenant avec la volonté d'aboutir rapidement à un projet d'accord qui fasse consensus avec les organisations syndicales signataires de cette lettre", conclut l'intersyndicale.

Sollicitée par l'AFP, la direction du groupe aérien n'a pas voulu réagir, renvoyant à ses précédentes communications.

"S'agissant du conflit social en cours au sein d'Air France, le conseil d'administration d'Air France-KLM confirme que le directeur général d'Air France n'a pas de nouveau mandat pour prendre des décisions qui remettraient en cause la stratégie de croissance approuvée" par le conseil, avait-elle indiqué mardi, au moment d'officialiser la nomination d'Anne-Marie Couderc comme "présidente non-exécutive du conseil d'administration d'Air France-KLM".

Vos commentaires