Brest: une centaine d'agriculteurs s'en prend à des grandes surfaces

Brest: une centaine d'agriculteurs s'en prend à des grandes surfaces
Farmers from the French farmers unions FNSEA (Federation Nationale des Syndicats Une centaine d'agriculteurs s'en est pris mercredi soir à des grandes surfaces de la région de Brest, déversant des reFREDERICK FLORIN
alimentation

Une centaine d'agriculteurs s'en est pris mercredi soir à des grandes surfaces de la région de Brest (Finistère), déversant des remorques entières de détritus sur les parkings, a-t-on appris auprès de la police.

"Ils ont tout saccagé, je ne sais pas s'ils pourront rouvrir demain", a indiqué à l'AFP la police, qui a précisé qu'il n'y avait eu aucune interpellation. "Ils avaient masqué les plaques d'immatriculation de leurs tracteurs et étaient cagoulés", selon la même source.

Les agriculteurs s'en sont pris à un Géant Casino et un Carrefour de Brest, ainsi qu'à un Lidl de Plabennec, une commune non loin. Ils ont déversé des remorques entières de détritus dont des pneus, de la paille, des palettes, des légumes ou encore du lisier, sur les parkings et les entrées. "Voleurs", "Rendez le pognon", ont-ils aussi écrit sur certains murs.

Ces actions, qui ont débuté vers 21H00 et se sont achevées un peu avant minuit, sont intervenues alors que le gouvernement a présenté mercredi un projet de loi censé mettre fin à la guerre des prix entre distributeurs, et redonner un peu d'air aux agriculteurs. Elles ont eu lieu aussi alors que des négociations commerciales sont en cours entre les secteurs de la distribution, de l'agroalimentaire et les producteurs agricoles.

Mardi, une cinquantaine d'agriculteurs avait mené une action de contrôle des prix et des étiquetages dans une grande surface de la périphérie de Rennes afin de faire pression sur ces négociations.

"Nous ne sommes pas là pour casser le magasin, ce ne serait pas bon en terme d'image, mais pour commencer à mettre la pression et faire passer un message, celui d'un métier en perpétuelle promotion. On sent qu'on est un peu floués", avait lancé à ses troupes Loïc Guines, président de la FDSEA d'Ille-et-Vilaine.

"Certains agriculteurs sont résignés et ne croient plus aux belles paroles, mais la colère peut monter et des blocages ne sont pas à exclure dans les prochaines semaines", avait-il annoncé.

Dimanche soir, plusieurs dizaines d'agriculteurs s'en étaient déjà pris à des grandes surfaces du Finistère.

Vos commentaires