En ce moment
 
 

Des centaines de tracteurs à Ciney, action symbolique et appel au boycott

(Belga) Plusieurs centaines de tracteurs, environ 500 selon les organisateurs, et des centaines d'agriculteurs, venus des quatre coins de la Belgique et même des pays limitrophes, se sont rassemblés lundi à Ciney, 10 ans jour pour jour après l'épandage de trois millions de litres de lait, pour dénoncer les crises qui continuent de frapper le monde agricole.

"On s'était dit que ce serait bien, 10 ans après, de se retrouver dans le même champ, à la même heure. On a lancé le pari fou de rassembler 1.000 tracteurs à Ciney et regardez...", a lancé face aux centaines de personnes présentes Guy Franck, président du Mig, le groupement d'éleveurs laitiers à l'origine de la manifestation. "Dix ans plus tard, rien n'a changé", a déploré de son côté Philippe Duvivier, président de la Fugea, syndicat agricole qui a soutenu le mouvement initié par le Mig. Ce dernier a notamment dénoncé les accords de libre-échange (Ceta, Mercosur...) qui mettent les éleveurs européens sous pression en augmentant les volumes de viande importée depuis le Canada ou les pays d'Amérique du sud. Des représentants de plusieurs filières (viande bovine, betteraves sucrières, volaille, bio...) ont pris la parole pour rappeler qu'il n'y a pas que les agriculteurs laitiers qui peinent à recevoir un revenu rémunérateur pour leur travail. "Nous voulons être des partenaires de l'industrie agro-alimentaire et pas seulement de simples fournisseurs", a résumé Guy Franck, soulignant les difficultés pour les jeunes de reprendre des fermes. Erwin Schöpges, le président de l'EMB, une organisation fédérant des producteurs laitiers dans toute l'Europe, a souhaité que l'action de ce lundi à Ciney soit "un symbole pour fédérer toutes les autres spéculations agricoles. Aujourd'hui, ce n'est pas une manifestation que du Mig, que du lait mais de tout le monde agricole. Aujourd'hui, ce n'est pas la fin, c'est le début. Le combat va continuer", a-t-il déclaré. Il a ensuite appelé, en son nom propre, les consommateurs à boycotter les produits agricoles, comme le lait, bradés dans les grandes surfaces et la viande provenant d'outre-Atlantique. Erwin Schöpges a également mis en garde les responsables politiques et la grande distribution. "Vous devez avoir peur, nous sommes capables de nous mobiliser. S'il n'y a pas de changement dans les mois prochains, nous reviendrons. Nous voulons du respect. Nous voulons sauvegarder notre agriculture paysanne et nos paysages." Une action symbolique a été organisée, qui a vu des agriculteurs verser les uns après les autres des tonneaux de lait dans une grande cuve placée dans un bac aux couleurs européennes, le tout symbolisant la surproduction de lait aux niveaux belge et européen. (Belga)

Vos commentaires