En ce moment
 

Explosion d'un silo à grains à Strasbourg: quatre blessés dont trois graves

Explosion d'un silo à grains à Strasbourg: quatre blessés dont trois graves
Un silo à grains a explosé dans la zone portuaire de Strasbourg, le 6 juin 2018PATRICK HERTZOG

Trois personnes ont été grièvement blessées et une quatrième plus légèrement, mercredi vers 09H20 à Strasbourg, dans l'explosion spectaculaire d'un silo à grains, qui a secoué la zone portuaire des rives du Rhin.

"Les trois personnes blessées grièvement souffrent de brûlures au 2e et au 3e degré", la "piste accidentelle étant clairement privilégiée", indique-t-on de source proche de l'enquête, mais leur pronostic vital n'est pas engagé.

"Le plus gravement blessé est brûlé de l'ordre de 65%", a indiqué lors d'un point de presse le secrétaire général de la préfecture du Bas-Rhin, Yves Séguy.

"L'hypothèse de travaux de maintenance ayant entraîné l'explosion reste la plus plausible, mais elle reste à confirmer", a-t-il précisé.

La Direction régionale de la police judiciaire (DRPJ) de Strasbourg a été saisie d'une enquête pour blessures involontaires.

Deux des victimes ont été héliportées au centre de traitement des grands brûlés de Metz et deux autres transportées à l'hôpital de Hautepierre à Strasbourg, selon la préfecture. Trois d'entre elles travaillaient pour une entreprise venue faire des opérations de maintenance et une autre était employée par le Comptoir Agricole, une coopérative.

Le toit amianté du bâtiment, un hangar qui stockait environ 22.000 tonnes de maïs, a été complètement éventré, soufflé par la déflagration. Des tôles déchiquetées ont été éparpillés sur plusieurs dizaines de mètres tandis qu'une odeur de fumées et de poussières persistait plusieurs heures après l'explosion.

Le site est un "silo assez ancien, avec toit en fibre-ciment", a expliqué Pascal Lajugie, de la direction régionale de l'environnement (DREAL). Exploité par Silotra, une filiale du Comptoir Agricole, il servait au stockage des céréales avant leur chargement sur des péniches.

"Dans un silo, il y a beaucoup de poussières et toute poussière inflammable génère un risque d'explosion dans un espace confiné (...) une étincelle a fait qu'il y a un nuage de poussière qui a explosé", a-t-il détaillé.

A 16H00, le site était "sous contrôle", a avancé M. Séguy, et les efforts vont désormais porter "sur le traitement des déchets issus de l'explosion, des débris amiantés (...) qu'on retrouve sur plusieurs milliers de m²".

"Il faut dépolluer rapidement ce qui est en train d'être fait", a-t-il ajouté, tablant sur un rétablissement "totale" de la situation "dans les 2-3 jours".

- "Comme un feu d'artifice" -

Le standard des pompiers a été pris d'assaut lorsque de nombreux habitants des quartiers voisins ont été surpris par l'explosion, observant le dégagement d'un gigantesque champignon de fumée grise.

"On a senti une première fois le bâtiment qui a tremblé puis un second souffle très, très fort. Les fenêtres, le bureau, le bâtiment : tout a tremblé. On a regardé par les fenêtres et une boule de feu et des flammes se sont élevées dans le ciel. Cela a fait un bruit sourd. Des débris ont volé en l'air et ensuite une grosse fumée noire s'est dégagée", a témoigné Aurélie, salariée d'une entreprise située à 500 mètres du silo.

David, employé du port autonome de Strasbourg, qui se trouvait lui aussi à quelques centaines de mètres du silo, raconte : "J'ai vu une espèce de boule de feu et ensuite des débris enflammés qui s'envolaient du silo, ça faisait un peu comme un feu d'artifice".

Les forces de l'ordre ont immédiatement bouclé le secteur, tandis que des véhicules du Samu, une centaine de pompiers et la police convergeaient vers le silo.

Situées hors du périmètre de sécurité, une dizaine d'écoles du quartier ont levé en fin de matinée les mesures de confinement mise en place par précaution.

Des mesures de précaution ont en revanche été prises pour les sociétés situées dans le périmètre de sécurité, compte tenu de la possible présence de fibres d’amiante, a précisé la préfecture.

Quelque 450 tonnes d'engrais, qui constituaient "un risque supplémentaire d'explosion" ont également été rapidement évacuées des abords du site.

Vos commentaires