Ryanair annonce un prochain accord avec le personnel de cabine italien

(Belga) La compagnie aérienne à bas coût Ryanair a annoncé vendredi s'être entendue avec les syndicats de personnels navigants en Italie pour mettre sur pied une convention collective prévoyant des contrats de travail de droit italien.

Ryanair confirme ainsi cet accord de principe dévoilé la veille par les syndicats Fit Cisl, Anpac et Anpav, alors même que le personnel navigant italien est appelé à la grève le 28 septembre aux côtés de collègues en Belgique, aux Pays-Bas, en Espagne et au Portugal. Ryanair explique dans un communiqué avoir signé avec ces organisations italiennes un accord de principe pour cette convention collective qui sera mise en place à partir du 1er octobre pour une durée de trois ans. Comme indiqué par les syndicats italiens, l'ensemble du personnel de cabine va pouvoir passer d'un contrat irlandais à un contrat italien pendant la période couverte par l'accord. Ce dernier prévoit en outre des hausses de salaires et la mise en place d'un système de retraite. Ryanair et les syndicats doivent encore peaufiner certains détails pour une signature de la convention collective attendue d'ici la fin septembre. Ni la compagnie ni les syndicats n'ont donné de précisions sur l'éventuelle participation des personnels de cabine italiens à la grève de fin septembre. Selon le chef du personnel de Ryanair, Eddie Wilson, cité dans le communiqué, "cet accord est une nouvelle preuve des progrès importants de Ryanair dans l'obtention d'accord avec nos salariés et leurs syndicats dans plusieurs pays européens". Ryanair avait déjà conclu un accord avec le personnel de cabine en Irlande et au Royaume-Uni, mais les négociations restent difficiles dans d'autres pays, comme l'illustre le mouvement de grève décidé pour le 28 septembre. Mercredi, la compagnie avait fait face à un mouvement social à l'appel de syndicats allemands de pilotes et de personnel de cabine ayant entraîné la suppression de 150 vols. Ryanair, par la voix de M. Wilson, a d'ailleurs fustigé à nouveau les syndicats qui voudraient faire grève à l'avenir, des mouvements "qui soit n'auront pas lieu, soit seront infructueux". (Belga)

Vos commentaires