En ce moment
 

Tensions Washington-Ankara: la livre turque bat de nouveaux records à la baisse

Tensions Washington-Ankara: la livre turque bat de nouveaux records à la baisse
Employée d'un bureau de change d'Ankara, la capitale turque, le 25 mai 2018ADEM ALTAN

La livre turque a battu lundi un nouveau record à la baisse face au dollar et à l'euro alors qu'Ankara a répliqué pendant le week-end à des sanctions prises par Washington en lien avec l'arrestation en Turquie d'un pasteur américain.

Un dollar s'échangeait contre 5,19 livres turques en fin d'après-midi, perdant plus de 2% de sa valeur sur la journée. Elle s'échangeait par ailleurs à 5,99 TRY contre un euro.

La livre, déjà fortement affaiblie, s'échangeait à plus de 5 TRY contre un dollar depuis l'annonce mercredi par Washington de sanctions imposées contre Ankara.

Les Etats-Unis ont pris des sanctions contre les ministres turcs de l'Intérieur et de la Justice, visés pour leur rôle présumé dans le procès qui vise Andrew Brunson, un pasteur américain accusé en Turquie d'activités "terroristes" et d'espionnage.

M. Brunson, qui nie fermement ces accusations, a été placé en résidence surveillée fin juillet après plus d'un an et demi de détention.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a répliqué samedi en appelant à ce que les avoirs en Turquie des "ministres américains de la Justice et de l'Intérieur" soient gelés.

Il n'était toutefois pas clair si le président turc faisait référence au ministre de l'Intérieur, Ryan Zinke, ou à la ministre de la Sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen.

Les deux ministres turcs ont néanmoins assuré n'avoir aucun bien aux Etats-Unis, tout comme il est peu probable que les ministres américains visés par M. Erdogan en aient en Turquie, ce qui rend ces sanctions très symboliques.

De plus, la pression sur la livre turque a été accrue par l'annonce du bureau du représentant américain au Commerce selon laquelle il est en train de réévaluer l'éligibilité de la Turquie pour un programme d'exportation sans taxes vers les Etats-Unis.

Par ailleurs, de nombreux économistes appellent à une hausse des taux d'intérêt de la banque centrale afin d'enrayer une inflation galopante (+15,85% en rythme annuel en juillet).

Mais la banque centrale turque est sous pression de M. Erdogan qui prône exactement l'inverse, dénonçant les "lobbies des taux d'intérêt".

"Le niveau actuel du taux d'intérêt réel est insuffisant pour compenser la prime de risque géopolitique accrue après les sanctions américaines", estime dans une note Inan Demir, économiste chez Nomura International, estimant que la livre reste "vulnérable à une nouvelle escalade de tensions géopolitiques".

Selon lui, la banque centrale "n'est pas en position de hausser ses taux".

Vos commentaires