En ce moment
 

Tournoi: l'Irlande sacrée, renaissance confirmée

Retour au sommet: l'Irlande a remporté le Tournoi des six nations grâce à sa victoire sur l'Ecosse avec le bonus offensif (28-8), samedi à Dublin, combinée à la défaite de l'Angleterre en France (22-16) lors de la 4e journée, validant ainsi sa renaissance.

Le XV du Trèfle n'y est pas encore mais il ne lui manque plus qu'un exploit, samedi prochain à Twickenham face à l'Angleterre -"notre plus grand défi" selon Johnny Sexton-, pour réussir le troisième Grand Chelem de son histoire, après ceux de 1948 et 2009.

En attendant, grâce à ce onzième succès consécutif (un record), l'équipe de Joe Schmidt (19 pts) ne peut plus être rejointe au classement: l'Angleterre et la France sont toutes les deux à neuf longueurs (10 pts). C'est le troisième Tournoi remporté par les Irlandais avec Schmidt comme coach, après ceux de 2014 et 2015.

"C'est plutôt bizarre de remporter le Tournoi alors qu'il nous reste un match à jouer. Tous les mérites reviennent à l'encadrement qui nous a si bien préparés pour chacun des matches, et sans de nombreux joueurs blessés" (van der Lier, Henshaw et Farrell notamment), a ajouté Sexton, auteur des quatre transformations.

Ce sacre irlandais vient couronner la progression entrevue ces derniers mois, dans le sillage d'un potentiel physique impressionnant. Une force qui en fait l'une des seules équipes à pouvoir rivaliser avec l'Angleterre, l'Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande, trois nations qu'elle a d'ailleurs récemment battues.

Ce succès vient aussi confirmer la montée en puissance d'une génération de déménageurs avec les Healy, Furlong, Stander, O'Mahony, Van der Flier, Leavy ou même Farrell derrière.

Chez les trois-quarts, l'ascension a continué pour Stockdale et Ringrose, étincelants mais sans grande expérience internationale, le tout associé à la maturité de la superbe charnière Murray-Sexton.

Reste maintenant à convertir ce sérieux en plus grande efficacité dans le jeu. A Dublin, les Irlandais n'ont pas forcément fait d'étincelles mais, sûrs de leur force, disciplinés et portés par un très bon Stockdale, auteur d'un troisième doublé consécutif après ceux réalisés contre l'Italie et le Pays de Galles, ils n'ont jamais été en danger.

Avant de s'offrir une seconde période joliment maîtrisée, les Irlandais ont aussi profité en première période de la maladresse incroyable d'Ecossais toujours portés vers l'attaque.

- Doublé de Stockdale -

Sur une offensive du XV du Chardon, Russell envoyait une longue passe sautée... trop courte, sauf pour Stockdale qui interceptait et filait seul à l'essai (22).

Le XV du Trèfle faisait ensuite le trou juste avant la pause, après un joli mouvement dans les 22 mètres écossais. Suite à un ruck, Ringrose redoublait pour servir Stockdale qui éliminait son adversaire direct pour marquer en coin (14-3, 40).

Le demi de mêlée Murray profitait ensuite d'une pénaltouche bien négociée pour s'échapper au ras et mettre les siens à un essai du bonus (21-3, 46).

Si Kinghorn convertissait ensuite une attaque écossaise pour réduire l'écart (21-8, 52), le jeu des hommes de Gregor Townsend était surtout marqué par les approximations, comme sur ces deux ballons en bout de ligne envoyés en touche.

En quête d'un bonus offensif, les Irlandais ont parfois manqué d'ambition dans les intentions, à l'image d'une pénalité tentée par Sexton (66) alors qu'une pénaltouche aurait pu leur permettre d'aller chercher un quatrième essai.

Heureusement pour eux, l'occasion s'est représentée trois minutes plus tard et les Irlandais ont alors choisi l'option pénaltouche pour envoyer le pilier Cronin à l'essai sur un maul bien négocié (28-8, 69).

Le public de l'Aviva Stadium a alors explosé, lançant alors le défi à l'Angleterre d'en marquer aussi quatre à la France. Le XV de la Rose était loin du compte...

Vos commentaires