En ce moment
 
 

Wall Street, misant sur un accord commercial, ouvre en hausse

Wall Street, misant sur un accord commercial, ouvre en hausse
Des courtiers au New York Stock Exchange à Wall StreetJohannes EISELE

A découvrir

La Bourse de New York montait nettement à l'ouverture vendredi, les investisseurs espérant que les négociations en cours entre représentants chinois et américains débouchent au minimum sur une trêve dans la guerre commerciale.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, gagnait 1,46%, à 26.884,35 points, vers 14H05 GMT.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, prenait 1,66%, à 8.082,78 points, et l'indice élargi S&P 500 s'appréciait de 1,51%, à 2.982,58 points.

Wall Street avait terminé dans le vert jeudi, déjà stimulée par des signes encourageants sur l'issue des pourparlers: le Dow Jones était monté de 0,57% et le Nasdaq de 0,60%.

A l'issue de la première journée de discussions, le président américain Donald Trump a estimé que les Etats-Unis avaient eu "de très très bonnes négociations avec la Chine".

Peu après l'ouverture de la séance vendredi, il a aussi salué une "ambiance plus chaleureuse" dans les pourparlers.

Le locataire de la Maison Blanche doit recevoir dans la journée le vice-Premier ministre chinois Liu He.

"Le fait que le président rencontre directement le vice-Premier ministre peut être perçu comme un signe positif dans le processus des négociations et laisse espérer qu'une forme d'accord partiel sera possible", ont souligné les analystes de Deutsche Bank.

Pour l'heure, rien n'a filtré officiellement quant à d'éventuelles avancées concrètes.

- Rapport critique sur Boeing -

La perspective d'un "grand accord" souhaité par Donald Trump, incluant aussi les problématiques du transfert forcé de technologie, des droits de propriété intellectuelle ou des barrières non tarifaires, semble s'éloigner, selon plusieurs observateurs.

Mais, parmi les pistes évoquées dans les médias figurent le renoncement aux nouveaux tarifs douaniers que les Etats-Unis doivent normalement imposer à partir de mardi, une augmentation des achats de produits agricoles américains par la Chine, l'engagement de Pékin à ne pas laisser chuter sa devise ou un allègement des sanctions imposées par Washington à l'encontre de plusieurs grandes entreprises chinoises.

Les deux premières puissances économiques mondiales sont engagées depuis désormais plus d'un an dans une guerre commerciale menée à coup de lourdes taxes sur les importations.

Ces tensions pesant sur la croissance économique mondiale et les résultats des entreprises, les investisseurs accueillent positivement tout signal allant dans le sens d'un apaisement.

Les multinationales particulièrement sensibles aux relations sino-américaines en profitaient, Caterpillar montant par exemple de 3,87% et Apple de 1,72%.

D'autres valeurs du secteur technologique étaient aussi nettement dans le vert: Facebook montait de 2,27%, Amazon de 1,24%, Netflix de 0,90% et Alphabet, la maison mère de Google, de 1,27%.

Les semi-conducteurs étaient également en forme: Micron Technology s'appréciait de 2,77%, AMD de 3,49%, Nvidida de 3,09% et Qualcomm de 3,23%. Tout comme les grandes entreprises chinoises cotées à Wall Street comme Alibaba (+3,97%) ou JD.com (+4,58%).

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine montait nettement, à 1,731% contre 1,668% à la clôture jeudi.

Le constructeur Boeing cédait 0,16%. Selon l'agence Bloomberg, un panel regroupant les autorités mondiales de l'aviation civile fustige dans un rapport le régulateur aérien américain (FAA) qui manquait de moyens et d'expertise pour certifier le Boeing 737 MAX.

La compagnie aérienne United Airlines (+1,14%) a par ailleurs annoncé vendredi à son tour qu'elle repoussait à janvier la date d'une éventuelle remise en service du 737 MAX, dont la flotte mondiale est clouée au sol depuis la mi-mars suite à deux crashs ayant fait 346 morts.

  1. Nasdaq

Vos commentaires