En ce moment
 

Varsovie reproche à Berlin d'accueillir la dirigeante d'une ONG déclarée indésirable

(Belga) Les autorités polonaises ont vivement critiqué jeudi Berlin la délivrance d'un visa allemand à la présidente de la fondation Open Dialog basée à Varsovie, l'Ukrainienne Lyudmila Kozlovska, qu'elles ont déclarée indésirable dans l'espace Schengen. A la mi-août, Mme Kozlovska avait été refoulée de Belgique à la demande de Varsovie qui l'avait classée au niveau "d'alerte maximale".

"La délivrance (par l'Allemagne) d'un visa de court séjour à Mme Lyudmila Kozlovska est injustifiée", a déclaré le ministère polonais des Affaires étrangères dans un communiqué. Le ministère indique l'avoir inscrite sur la liste de personnes indésirables dans la zone Schengen "à la suite d'informations de l'Agence de sécurité intérieure", portant notamment sur "l'opacité des sources de financement de la fondation Open Dialog", selon ce texte. Cette position a été exposée jeudi par un vice-ministre polonais des Affaires étrangères à l'ambassadeur d'Allemagne en Pologne, selon la même source. Selon les médias polonais, Mme Kozlovska a participé cette semaine à Berlin à un débat au Bundestag consacré aux menaces pour les droits de l'Homme en Pologne et en Hongrie. Jeudi soir, le président conservateur polonais Andrzej Duda a dénoncé la tenue de ce débat au Bundestag, dans un entretien avec son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier en Lettonie. "Le président a souligné que de telles initiatives ne servent pas la construction de bonnes relations et de confiance entre nos pays. Stigmatiser les autorités polonaises, au Parlement d'un autre pays, parce qu'il met en oeuvre son programme électoral démocratiquement légitime, s'oppose aux valeurs européennes", a indiqué Krzysztof Szczerski, le chef du cabinet présidentiel, à l'agence PAP. Mme Kozlovska dénonce de son côté "une affaire politique", estimant être visée en raison des activités de son mari polonais, Bartosz Kramek, militant engagé dans différentes actions de l'opposition contre le gouvernement conservateur. Créée en 2009 en Pologne, Open Dialog déclare oeuvrer en faveur des droits de l'Homme, de la démocratie et de l'Etat de droit dans l'espace post-soviétique. Basée à Varsovie, elle a ses bureaux de représentations aussi à Kiev et Bruxelles. (Belga)

Vos commentaires