Calvo, le libéral volontariste, lance 50 propositions à l'assaut du national-populisme

(Belga) Le député Kristof Calvo, qui alterne à la présidence du groupe Ecolo-Groen de la Chambre avec son collègue Jean-Marc Nollet, publie un livre fait de 50 propositions pour un renouveau politique en Belgique. Volontiers "libéral" sans être fétichiste du marché, il part à l'assaut des "nationalistes" et des "populistes" en suggérant trois chantiers censés rendre à la politique ses lettres de noblesse.

Au coeur de cet essai pour "plus de politique, moins de politiciens", le député écologiste flamand suggère que les six assemblées législatives du pays soient remplacées par un "parlement national" faisant passer de 427 à 200 le nombre de députés. Quarante députés seraient élus dans une circonscription fédérale, les 160 autres dans des circonscriptions régionales. Chaque député aurait un double mandat: il siégerait au parlement national pour les matières fédérales, et dans des chambres régionales dans le cadre des compétences qui les concernent, comme les matières liées au Bien-Être ou l'enseignement. Une prochaine réforme de l'Etat aboutirait à une nouvelle répartition des compétences: le commerce extérieur ou l'exportation des armes pourraient être refédéralisés, ainsi que le climat, l'environnement, l'énergie et la mobilité. Kristof Calvo est par ailleurs partisan d'une circonscription européenne et d'élections intégrant un certain nombre d'interrogations fondamentales sur les grands enjeux de société. Il propose également que le vote puisse être panaché, transcendant les listes des partis politiques, de manière à créer des ponts. Les ministres retourneraient voter au parlement, ce qui rendrait inutile le recours à une liste de suppléants; les secrétaires d'Etat ne seraient nommés qu'en cas de crise dans une matière particulière. L'objectif des réformes qu'il préconise est de renouveler la politique et amener une plus grande égalité entre citoyens. "Ce n'est pas l'islam qui disloque la société mais l'inégalité", lance-t-il en référence à une récente campagne de Theo Francken sur les réseaux sociaux. L'égalité doit être le moteur des progressistes dont le ton devrait être plus persuasif et audacieux. "J'en ai marre de jouer le match nul, je veux à nouveau gagner", lance le fan de football. Se qualifiant de "possibiliste", Kristof Calvo dit préférer le "volontarisme" à l'"optimisme", qui fait le lit du "populisme", clairement dans le collimateur. Se présentant à Malines avec l'Open Vld (la ville est dirigée par une coalition Open Vld, Groen, CD&V, N-VA), Kristof Calvo se dit partisan du "libéralisme authentique". A l'entendre, "un écologiste se doit d'être un tantinet libéral", ajoutant une dimension au meilleur du socialisme et du libéralisme, qui s'est fait manger par le néolibéralisme et son idéologie du marché dominant la société. Sur le plan local, Kristof Calvo prône une nouvelle fusion des communes, qui doivent atteindre au moins 30.000 âmes, de sorte que puissent disparaître les provinces et les intercommunales. Le livre 'Leve Politiek' (Vive la politique, Ndlr) est paru aux éditons Borgerhoff en Lamberigts. Il a été présenté mercredi en présence du chef de groupe Open Vld à la Chambre, Patrick Dewael, ainsi que du député Vincent Van Peteghem (CD&V) et du député flamand Jo De Ro (Open Vld). (Belga)

Vos commentaires