En ce moment
 

Décès de Joël Robuchon, le chef français le plus étoilé au monde

Décès de Joël Robuchon, le chef français le plus étoilé au monde
Le cbef français Joël Robuchon, le 21 mai 2015 à ParisMartin BUREAU

Chef le plus étoilé au monde et "cuisinier du siècle" pour le Gault & Millau, le Français Joël Robuchon, un des plus grands noms de la gastronomie mondiale, est décédé lundi à l'âge de 73 ans, quelques mois après la disparition d'un autre monument, Paul Bocuse.

"Joël Robuchon, chef visionnaire et le plus étoilé au monde, nous quitte aujourd'hui. De Paris à Shanghai, son savoir-faire érigé en art a fait rayonner la gastronomie française et continuera d'inspirer la jeune génération de chefs", a écrit sur Twitter le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, confirmant une information du Figaro.

Selon le Figaro, il est décédé à Genève, des suites d'un cancer.

"Un des maîtres incontestés de la gastronomie mondiale vient de nous quitter", a réagi sur son compte Twitter la chef étoilée Anne-Sophie Pic.

Détenteur de trois étoiles au Michelin, Éric Frechon a aussi fait part de sa tristesse. "Ce qu’il nous laisse à tous est immense. Je pense à sa famille, à ses équipes et à son fidèle ami de toujours Éric Bouchenoire", a-t-il réagi.

Le chef d'origine poitevine, fils de maçon, pensait d'abord entrer dans les ordres avant de devenir apprenti puis compagnon. Rapidement ses qualités en cuisine sont reconnues: il est sacré Meilleur Ouvrier de France en 1976, élu "chef de l’année" en 1987 puis "cuisinier du siècle" en 1990 pour le Gault & Millau.

En 2003, il crée un nouveau concept, "L'Atelier de Joel Robuchon": le premier ouvre ses portes à Tokyo et simultanément à Paris. "L'idée m'est venue dans les bars à tapas dont j'apprécie la convivialité. Je cherchais une formule où il puisse se passer quelque chose entre les clients et les cuisiniers", expliquait le chef à l'Obs.

Le succès de cette formule l'a ensuite amené à décliner le concept sur tous les continents: Las Vegas en 2005, New York, Londres et Hong Kong en 2006 et Taipei en 2009...

"Il y avait un style Robuchon", a commenté lundi le journaliste culinaire Périco Légasse sur BFM TV tandis que la chef médiatique Ghislaine Arabian a estimé sur la même chaine qu'elle avait "l’impression de voir de la magie" quand Joël Robuchon était aux fourneaux.

Le plat signature de ce grand chef, qui a créé un empire financier, était pourtant une simple purée de pommes de terre.

pab-may-lth-hh/alu/kp

Vos commentaires