En ce moment
 
 

Drame familial en France: il poignarde sa femme, pend ses filles puis se suicide

 
 

Quatre membres d'une même famille, dont deux fillettes, ont été retrouvés morts lundi soir à leur domicile de Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône), le père ayant vraisemblablement tué les siens avant de se suicider, selon les premiers éléments de l'enquête. Il aurait laissé une lettre où il parle de ses difficultés familiales.

Un drame s'est déroulé à Salon-de-Provence, dans les Bouches-du-Rhône. D'après les premières constatations, un homme, âgé d'une quarantaine d'années et de nationalité brésilienne, aurait poignardé son épouse et pendu leurs deux filles, âgées de trois et six ans, avant de se pendre à son tour, a précisé une source policière. "Pour l'instant on s'oriente plutôt, probablement, vers un drame familial", a-t-on indiqué au parquet d'Aix-en-Provence, évoquant "un contexte de probable séparation du couple, apparemment pas bien acceptée" par le mari.

L'épouse était caporal-chef

L'épouse, âgée de 29 ans, était caporal-chef à la base aérienne de Salon, où la famille était installée depuis la rentrée dernière. Son corps a été découvert dans une chambre d'enfant, les trois autres pendus dans le garage. La police avait été alertée par la direction de l'école et des voisins, inquiets de ne pas voir l'aînée en classe ce lundi.
 
 

Il a laissé une lettre

Le père de famille avait laissé une lettre évoquant ses difficultés familiales, a-t-on appris mardi de source policière. Le pli a été retrouvé par les enquêteurs lundi soir au domicile familial, après la découverte des quatre corps dans la maison. Sa lettre, écrite en portugais, "laisse apparaître les difficultés de la famille", a indiqué la source policière, ajoutant que la piste du drame familial "paraît acquise", aucune trace de vol ou de désordre n'ayant en outre été relevée.
 

Les écoliers seront accompagnés psychologiquement

L'affaire est suivie par la direction interrégionale de la police judiciaire de Marseille. Des autopsies des corps devaient être réalisées dès mardi. Mardi des "mesures d'accompagnement" devaient être prévues à l'école où étaient scolarisées les fillettes, a indiqué lundi le maire de Salon Michel Tonon.




 

Vos commentaires