En ce moment
 
 

Le corps de Priscilla, 18 ans, avait été découvert dans un cimetière en France: un jeune homme "que tout le monde connaissait" a avoué le meurtre

Le corps de Priscilla, 18 ans, avait été découvert dans un cimetière en France: un jeune homme
© Photo Gendarmerie des Pyrénées-Orientales

Dans le petit village d'Estagel (sud de la France), tout le monde le connaissait mais personne ne l'aurait cru capable du pire. Un jeune homme de 18 ans a reconnu avoir tué Priscillia, 18 ans, le 7 juillet dernier. Des échantillons d'ADN avaient été retrouvés sur le cadavre de la jeune femme. Face aux policiers, le suspect a avoué les faits, révèle Le Parisien. Les motifs de son acte restent cependant flous. 

Le 7 juillet, le corps de Priscillia, qui venait d'avoir 18 ans et souffrait d'un déficit intellectuel et d'un handicap moteur léger, avait été découvert, à moitié dénudé et frappé de cinq coups de couteau dans le cimetière d'Estagel. Priscillia, qui vivait avec sa mère et sa fratrie, avait assisté la veille au soir au bal des pompiers, avant que sa disparition ne soit signalée dans la nuit.

Ce drame s'est déroulé dans la petite commune d'Estagel, dans les Pyrénées-Orientales, qui compte près de 2.000 habitants. Après la découverte du corps sans vie de Priscillia, une enquête avait été ouverte. Les expertises avaient révélé que la victime était morte d'une "asphyxie provoquée par un des coups de couteau qu'elle a reçu ou un étouffement". Des traces de violences sexuelles avaient été constatées, mais on ne parle pas de viol.


Une personne "un peu étrange"

Une trace d'ADN masculin avait été retrouvé sur le corps de la jeune femme. Le Parisien rapporte que les enquêteurs ont interrogé, un à un, les hommes présents au bal populaire. Une centaine d'auditions auraient été menées. Celles-ci ont conduit les policiers à un jeune homme âgé de 18 ans. Jusqu'alors, il était inconnu de la justice. Après une journée de garde à vue, le suspect a livré des aveux. Les proches de Priscilla se disent sous le choc. Ce jeune homme, tout le monde le connaît à Estagel. 

Il est décrit comme une personne "un peu étrange qui avait tendance à rester dans son coin, à traîner dans le village, toujours seul", selon un proche du suspect. Il aurait même participé à la marche blanche selon cette même source. 

Vos commentaires