Paris: rassemblement en soutien au policier qui a tué un automobiliste

Paris: rassemblement en soutien au policier qui a tué un automobiliste
Fabien Vanhemelryck, secrétaire général délégué d'Alliance lors du rassemblement en soutien au policier qui a tué un automobiliste, photo du 20 août 2018GERARD JULIEN

Plusieurs dizaines de policiers se sont rassemblés lundi à Paris à l'appel du syndicat Alliance pour "apporter leur soutien" à leur collègue qui a tué par balle mardi un automobiliste au terme d'une course-poursuite.

"Il a besoin de soutien. Ce n'est ni contestataire, ni revendicatif. C'est pour montrer que ses collègues du 1er arrondissement, les organisations syndicales sont derrière lui et le soutiennent dans cette épreuve difficile", a déclaré à la presse Loic Lecouplier, secrétaire national adjoint Paris du syndicat Alliance, lors de ce rassemblement organisé devant le commissariat du quartier.

Le policier, âgé de 23 ans, a été mis en examen pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner par personne dépositaire de l'autorité publique", et placé sous contrôle judiciaire avec interdiction d'exercer ses fonctions.

La victime, âgée de 26 ans, avait pris la fuite après avoir refusé de se soumettre à un contrôle de police dans un quartier proche des Halles, dans le centre de la capitale. Le policier est aussitôt monté à l'arrière du scooter d'un particulier passant par là et a pris en chasse le conducteur de la voiture, qui s'est retrouvé bloqué près de deux kilomètres plus loin.

Selon une source proche de l'enquête, "le policier est alors descendu du scooter et l'a sommé d'obtempérer", "mais quand le véhicule a fait marche arrière et percuté le scooter, le fonctionnaire a tiré un coup de feu", le blessant mortellement au thorax.

"Ce n'est pas notre rôle de contester les décisions de justice. Il y a un mort dans cette affaire, c'est logique qu'il y ait une mise en examen et un contrôle judiciaire", a estimé Loic Lecouplier.

Mais "notre collègue est en difficulté, se retrouve face aux difficultés du terrain", et "la moindre des choses pour un syndicat majoritaire c'est de montrer qu'on est présent", a ajouté Fabien Vanhemelryck, secrétaire général délégué d'Alliance.

"On est juste là pour lui montrer notre solidarité, pour dénoncer les conditions de travail de plus en plus difficiles de nos collègues, la dangerosité du métier de policier" qui "fait que des fois il faut agir", selon lui.

Mickaël Wurtz délégué Alliance et collègue du policier a décrit quelqu'un de "professionnel et de droit". "Il a l'air solide mais quand on est chez soi, on est seul et on cogite", a-t-il souligné. "C'est difficile d'avoir tué quelqu'un".

Les proches de la victime doivent de leur côté lui rendre hommage samedi lors d'une marche blanche à Vigneux-sur-Seine (Essonne). Sa famille, qui va se porter partie civile, compte demander une requalification en homicide volontaire, a indiqué son avocat.

Vos commentaires