En ce moment
 
 

Attaque en Norvège: les victimes n'ont finalement pas été tuées avec un arc

Attaque en Norvège: les victimes n'ont finalement pas été tuées avec un arc à flèches
© AFP
 
 

Les cinq victimes de l'attaque perpétrée la semaine dernière en Norvège ont été tuées à l'arme blanche par le suspect. Vraisemblablement, il a perdu ou s'est débarrassé de son arc et ses flèches au cours de son périple meurtrier, a annoncé la police norvégienne lundi.

"A un certain moment, il se débarrasse ou perd son arc et ses flèches", a affirmé l'inspecteur Per Thomas Omholt en faisant le récit de l'attaque lors d'une conférence de presse. "A Hyttegata, il tue cinq personnes à l'arme blanche à la fois dans des lieux privés et dans l'espace public".

La police, qui avait jusqu'alors indiqué que le suspect Espen Andersen Bråthen était armé d'un arc et de flèches ainsi que de deux autres armes, n'a pas voulu préciser la nature de ces armes blanches pour les besoins de l'enquête. "Tout indique que ces victimes ont été tuées au hasard", a affirmé Per Thomas Omholt.

Selon la police, plus d'une dizaine de personnes ont aussi été visées par des tirs à l'arc au début de l'attaque mais aucune n'a été tuée avec cette arme.

Soupçonné de radicalisation islamiste, Espen Andersen Bråthen, un Danois de 37 ans, a reconnu avoir tué cinq personnes et en avoir blessé trois autres dans cet épisode qui s'est produit mercredi à Kongsberg, ville du sud-est de la Norvège.

"Pour ce qui est du motif, la maladie reste la principale hypothèse. Et en ce qui concerne la conversion à l'islam, cette hypothèse est affaiblie", a ajouté Per Thomas Omholt.

Signaux d'alerte

Placé en détention provisoire dans une institution médicalisée, le suspect, qui s'est déjà longuement expliqué et a vraisemblablement agi seul, n'est plus en mesure d'être entendu actuellement. Une évaluation psychiatrique est en cours pour déterminer s'il peut être tenu pour pénalement responsable ou non de son geste.

Samedi, la police avait identifié les cinq victimes, quatre femmes et un homme: Andréa Meyer, 52 ans, Hanne Merethe Englund, 56 ans, Liv Berit Borge, 75 ans, Gunnar Erling Sauve, 75 ans et Gun Marith Madsen, 78 ans.

Critiquée pour avoir mis plus d'une demi-heure à arrêter Bråthen après avoir reçu les premières alertes, la police a dans un premier temps semblé privilégier la piste de l'acte terroriste avant de se concentrer sur celle de la folie.

Etabli depuis des années à Kongsberg, petite ville sans histoire d'environ 25.000 habitants, à quelque 80 kilomètres à l'ouest d'Oslo, Bråthen a, selon les autorités, des antécédents médicaux, dont on ignore la nature à ce stade.

Le suspect était connu des services norvégiens de sécurité (PST), chargés notamment de l'antiterrorisme. La police a fait état de "craintes liées à une radicalisation" qui remontaient à 2020 et avant, lesquelles, a-t-elle assuré, avaient donné lieu à un suivi.

Selon la radiotélévision publique NRK, un premier signal d'alerte a été reçu en 2015 et, d'après les médias norvégiens, le PST avait alerté en 2018 sur le fait que le suspect puisse commettre "une attaque à petite échelle".

Ces informations ont soulevé des questions sur les mesures mises en place par les autorités pour éviter que Bråthen ne passe à l'acte.


 




 

Vos commentaires