En ce moment
 
 

Avec la pandémie, le nombre de mariages américains en 2020 au plus bas depuis 1963

Avec la pandémie, le nombre de mariages américains en 2020 au plus bas depuis 1963
Un mariage sur une plage en Californie pour maintenir des mesures de précaution face au Covid-19, en février 2021MARIO TAMA
 
 

Les Américains n'ont pas été à la noce en 2020: en raison de la pandémie de Covid-19, les Etats-Unis ont enregistré cette année-là seulement 1,6 million de mariages, soit un plus bas depuis 1963, ont annoncé mardi les autorités américaines.

L'épidémie ayant forcé de nombreux couples à repousser leurs cérémonies, le nombre d'unions a ainsi diminué de près de 17% entre 2020 et 2019, année où quelque 2 millions de mariages avaient été célébrés, a détaillé le centre national des statistiques sanitaires (NCHS).

Mais que les romantiques se rassurent: ce creux devrait être suivi par une explosion du nombre d'unions. Près de 2,5 millions devraient ainsi être organisées en 2022, selon les prévisions de Wedding Report, groupe spécialisé dans les statistiques nuptiales.

L'arrivée du Covid-19 aux Etats-Unis en mars 2020 avait bouleversé les plans des couples américains. A cause des mesures de confinement et des inquiétudes liées à la transmission du virus lors de rassemblements, beaucoup avaient dû ou choisi de repousser à plus tard leurs mariages.

Résultat: le taux de mariages s'est écroulé cette année-là, à 5,1 pour 1.000 personnes, contre 6,1 l'année précédente.

Au total, 46 Etats ainsi que la capitale du pays Washington ont enregistré une baisse du taux d'unions en 2020 -- allant jusqu'à 44% en Californie, ou encore 37,5% à New York.

Le Nevada -- où se trouve Las Vegas, ville où de nombreux couples aiment à venir se marier -- a lui aussi enregistré une baisse par rapport à 2019, même s'il est resté l'Etat où on s'est le plus épousé en 2020, comme les années précédentes.

Selon Wedding Report, le nombre de mariages en 2021 devrait rester sous la barre de 2 millions, avant d'exploser en 2022. Les choses devraient par la suite se normaliser après 2023, estime le groupe.


 

Vos commentaires