En ce moment
 
 

Biathlon: Roeiseland victorieuse d'un jeu de massacre, encore raté pour la France

Contrairement à la plupart des favorites, la Norvégienne Marte Olsbu Roeiseland est parvenue à déjouer les pièges du pas de tir pour remporter le titre mondial du sprint, vendredi à Anterselva, à l'issue d'une course qui n'a de nouveau pas souri à la France.

Sur une piste balayée par le vent, seules quatre concurrentes ont ainsi réussi un sans-faute à la carabine, rendant le dénouement de l'épreuve très aléatoire. Et à ce petit jeu c'est Roeiseland qui est sortie victorieuse. A 29 ans, la Norvégienne, auteure d'une seule erreur au tir, s'est adjugée sa première médaille d'or mondiale sur le plan individuel, l'Américaine Susan Dunklee et la Tchèque Lucie Charvatova complétant un podium surprise.

Tout roule pour l'instant pour Roeiseland et la Norvège, qui comptabilisent déjà deux victoires en deux jours après celle décrochée lors du relais mixte jeudi.

"L'an dernier aux Mondiaux d'Östersund, j'avais trop pensé à la médaille et au résultat et j'avais oublié de faire le job, a déclaré Roeiseland. Cette fois, j'ai fait le contraire, j'ai décidé de profiter de l'atmosphère. Anterselva est mon site préféré. J'étais très nerveuse à l'arrivée et j'avais un mauvais pressentiment parce que je suis partie parmi les premières et il y avait encore beaucoup d'autres filles en course. Mais finalement, je suis très heureuse."

- Calvaire -

Pour les autres cadors, ce sprint aura été un véritable calvaire, à l'image de Tiril Eckhoff. La Norvégienne, arrivée en Italie avec le dossard jaune de leader de la Coupe du monde, a connu une défaillance spectaculaire avec un total de 6 fautes au tir, sanctionnées par une catastrophique 59e place. Ce qui a fait le bonheur de la star locale Dorothea Wierer, qui récupère la tête du classement général malgré une décevante 7e position - les championnats du monde permettant également d'engranger des points au classement de la Coupe du monde.

Pour les Françaises, les jours se suivent et se ressemblent. Au lendemain du fiasco du relais mixte (7e), les Bleues ont encore fait grise mine. Il faut descendre à la 15e place pour trouver trace de la première Tricolore (Célia Aymonier). Anaïs Bescond a fini 20e, Justine Braisaz 32e et Julia Simon 41e.

"C'est encore une course compliquée, a réagi Simon, qui avait plombé d'entrée le relais mixte la veille avec un tour de pénalité. Ce sont des moments pas faciles mais je vais essayer de relever la tête."

A l'image de Simon, Justine Braisaz, N.1 française en Coupe du monde (6e), a elle aussi semblé accablée par son impuissance derrière la carabine.

"Cela m'ennuie de passer à côté de ces deux premières courses sur le pas de tir, a expliqué la biathlète des Saisies, qui a mis 4 balles à côté de la cible. Cela me fait mal à la tronche de tirer comme ça, je suis vraiment déçue, il y avait moyen de bien faire. C'est à moi de me botter les fesses, de prendre un peu plus mes tripes sur le pas de tir. Je suis vraiment en colère, ça me gave".

Vos commentaires