Chili: une explosion à un arrêt de bus dans la capitale Santiago fait 5 blessés

(Belga) Une explosion vendredi à un arrêt de bus dans le centre de la capitale du Chili a fait au moins cinq blessés, ont annoncé les autorités qui ont évoqué un acte "terroriste".

"Un engin a explosé et a fait cinq blessés, leur pronostic vital n'est pas engagé", a déclaré à la presse la gouverneure de la région de Santiago, Karla Rubilar. L'explosion est intervenue à la mi-journée à la suite de la "manipulation par des tiers" de l'engin explosif, a-t-elle ajouté. Elle s'est produite alors qu'un couple de nationalité vénézuélienne manipulait un sac plastique. La détonation a été entendue à plusieurs centaines de mètres à la ronde, selon la police. La femme de ce couple présentait les blessures les plus graves et a été opérée d'urgence pour retirer un éclat de métal à la jambe, tandis que l'homme a été blessé au visage. Les trois autres personnes ont été plus légèrement touchées. "Il s'agit d'un fait très grave. C'est très grave qu'un engin explosif soit placé à un arrêt de bus", a déclaré à la presse le ministre de l'Intérieur Andrés Chadwick, après avoir rendu visite aux blessés. Les forces de l'ordre ont établi un périmètre de sécurité pour passer la zone au peigne fin. Le lieu de l'explosion, très fréquenté, est entouré de magasins et d'un hôpital. "Il s'agit d'un engin explosif de fabrication artisanale, cela est confirmé", a précisé la procureure en charge de l'enquête, Claudia Cañas. Un groupe baptisé "Individualistas tendientes a lo salvaje" a revendiqué l'attaque sur un site internet. Il y a deux ans, ce même groupe avait prétendu être à l'origine d'une attaque visant le président de l'entreprise publique de cuivre, Codelco. Ce dernier avait été blessé par un colis explosif envoyé par la poste à son domicile. Le ministre de l'Intérieur a indiqué que l'authenticité de cette revendication était en train d'être vérifiée. Il a également dit avoir demandé à la justice d'ouvrir une enquête pour "crime terroriste". Cet incident intervient quatre ans après deux explosions dans une station de métro du quartier chic de Las Condes, qui avaient fait 14 blessés. Ces attentats, revendiqués par un groupe anarchiste, étaient les plus importants depuis le retour de la démocratie au Chili en 1990. (Belga)

Vos commentaires