En ce moment
 

Chine: le Vatican pourrait reconnaître sept évêques nommés par Pékin

Chine

Le Vatican se rapproche d'un accord historique avec la Chine communiste sur la question épineuse de la nomination des évêques, avec la décision de reconnaître prochainement sept prélats nommés par par le régime de Pékin.

"Les choses bougent", a indiqué vendredi à l'AFP une source proche du dossier, en confirmant une information du quotidien américain Wall Street Journal. "Mais il est encore impossible de savoir quand un accord final pourra être conclu", dans le cadre de complexes négociations relancées depuis trois ans entre le Vatican et la Chine, a-t-elle précisé.

Parmi les sept évêques qui devraient être reconnus par le pape François, trois ont été officiellement excommuniés par le Vatican dans le passé, a précisé pour sa part un expert de l'Eglise chinoise.

La douzaine de millions de catholiques chinois est divisée entre une "Association patriotique" dont le clergé est choisi directement par le Parti communiste, enfreignant ainsi la règle d'obédience au pape, et une Eglise non officielle dont les évêques nommés par Rome sont tolérés mais pas reconnus par Pékin.

Preuve de la complexité de la situation religieuse en Chine, le Vatican a déjà "accepté" dans le passé certains évêques nommés par Pékin.

Deux évêques chinois reconnus par le pape ont été priés très récemment par un haut diplomate du Saint-Siège de céder leur place à des prélats choisis directement par Pékin, dont l'un avait été excommunié par le Vatican en 2011.

L'information a été dévoilée en janvier par AsiaNews, publication de l'Institut pontifical des missions étrangères de l'Eglise. Elle a été confirmée lundi par le cardinal chinois Joseph Zen, évêque émérite de Hong Kong et grand adversaire des tentatives de rapprochement entre le Vatican et Pékin.

Ces mouvements d'évêques sembleraient s'inscrire dans les négociations en cours.

Le numéro deux du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, a souligné mercredi dans un entretien au site Vatican Insider qu'il "n'existe pas deux Eglises en Chine mais deux communautés de fidèles appelées à accomplir un chemin progressif de réconciliation vers l'unité".

- Faire des 'sacrifices' -

Cette recherche d'unité, au coeur de la diplomatie vaticane, passe forcément par le règlement de la question "cruciale" de la nomination des évêques, avait-il noté, ajoutant qu'il faudrait demander à certains de faire des "sacrifices". De nombreux prêtres de l'Eglise souterraine sont persécutés en Chine.

Le Saint-Siège n'entretient plus de relations diplomatiques depuis 1951 avec la Chine.

Mais il est en revanche l'un des vingt Etats dans le monde à avoir des relations diplomatiques avec l’île de Taïwan, qui vit sa propre destinée depuis 1949. Or, Pékin la considère toujours comme partie intégrante de son territoire, et la reprise d'éventuels liens diplomatiques entre Pékin et le Vatican devra inévitablement affronter ce problème.

Cinq parlementaires taïwanais ont indiqué jeudi à l'AFP qu'ils avaient fait une demande d'audience au pape François dans le cadre d'une visite à Rome la semaine prochaine.

Il y a un an, en février 2017, le cardinal John Tong Hon, alors encore évêque de Hong Kong (successeur du cardinal Zen), parlait déjà d'un "consensus préalable" entre le Vatican et la Chine. Il avait alors précisé que le dernier mot reviendrait au pape pour la nomination de futurs évêques chinois, après des recommandations de la conférence épiscopale chinoise (liée au gouvernement).

En octobre dernier, Wang Zuoan, directeur de l’administration chinoise pour les affaires religieuses, avait estimé que le pape était "sincère" dans ses efforts de rapprochement, selon des propos rapportés dans AsiaNews.

Mais il avait mis deux conditions à la signature d'un accord: le Saint-Siège devrait rompre ses relations diplomatiques avec Taïwan et ne devrait pas intervenir dans les "affaires internes" de la Chine.

Vos commentaires