En ce moment
 
 

Coupe d'Asie: le Qatar en liesse après l'historique qualification en finale, "une revanche"

Coupe d'Asie: le Qatar en liesse après l'historique qualification en finale,
Les fans du Qatar fêtent la qualification historique de leur pays en finale de la Coupe d'Asie et la "revanche" sur les Emirats, le 29 janvier 2019, à DohaKARIM JAAFAR
sport

Doha, la capitale, est en liesse après la qualification "historique" du Qatar pour la finale de la Coupe d'Asie des nations et la "revanche" prise sur les Emirats arabes unis, les organisateurs de la compétition qui ont interdit l'entrée de leur territoire aux supporters qataris, les deux pays n'entretenant plus de relations diplomatiques.

"Je suis si heureux parce que nous allons disputer la finale. Mais pour nous, ce match (gagné 4-0) a plus de saveur que la finale, c'est une revanche sur tout ce qu'ils ont dit de mal sur nous", crie Abdul, 24, une cigarette aux lèvres et saluant la fête du bord d'une rue.

"Ils ont dit que nous ne sommes pas de bonnes personnes, que nous sommes des terroristes. Tous les Qataris sont très heureux", ajoute-t-il.

Son ami syrien, Hattim, partage son avis: "C'est l'histoire. Le Qatar a Dieu avec lui. Le Qatar s'est toujours conduit correctement!"

Et même les marchands indiens ont participé à la fête en écoulant des drapeaux géants sur la Corniche, à raison de 100 Qatari Riyals (24 euros) la pièce.

Le ministre des Affaires étrangères Mohammed bin Abdulrahman al-Thani n'a pas non plus manqué l'occasion de souligner la "merveilleuse performance" acquise en respectant "l'éthique sportive la plus élevée" de l'équipe. Le dirigeant politique fait allusion au public hostile qui a copieusement sifflé l'hymne du Qatar avant de lancer des chaussures et d'autres projectiles sur le terrain durant le match.

Depuis juin 2017, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont rompu tout lien diplomatique et économique avec le Qatar, accusé de soutenir des mouvements extrémistes et de se rapprocher du rival régional de Ryad, l'Iran.

Vos commentaires