En ce moment
 
 

Harry et Meghan au Canada: les Canadiens ne veulent pas payer la note

Harry et Meghan au Canada: les Canadiens ne veulent pas payer la note
La reine Elizabeth, Meghan Markle et le prince Harry le 10 juillet 2018Tolga AKMEN

Les Canadiens aiment bien le prince Harry mais la grande majorité d'entre eux affirme ne pas vouloir assumer les coûts de sécurité liés à son séjour au Canada, où il compte venir vivre à temps partiel avec son épouse Meghan Markle, selon un sondage publié mercredi.

Une forte majorité (73%) de Canadiens interrogés par l'institut Angus Reid estime que le duc et la duchesse de Sussex doivent payer "eux-mêmes" tous les coûts liés à leur venue au Canada, notamment les frais de sécurité.

Un Canadien sur cinq (19%) accepterait de défrayer une partie des coûts, et seulement 3% toute la note, selon ce sondage en ligne réalisé lundi et mardi auprès de 1.154 personnes.

Des médias canadiens ont estimé les coûts liés à la protection du prince Harry et de Meghan Markle à environ 1,7 million de dollars canadiens (1,2 million d'euros) par an.

Le gouvernement canadien n'a cependant pas encore décidé s'il les assumerait, a assuré le Premier ministre Justin Trudeau, sans rien exclure.

"Le Québec n'a pas à payer ça", a tonné de son côté Yves-François Blanchet, chef des indépendantistes du Bloc québécois au parlement canadien, formation politique qui a effectué un retour en force aux législatives d'octobre en triplant son nombre de députés élus dans la province francophone.

Par ailleurs, l'étude révèle que le prince Harry est le membre de la famille royale le plus populaire au Canada, où 69% des gens ont une opinion favorable de lui.

Ce qui n'empêche pas les Canadiens de le considérer d'abord et avant tout comme une "célébrité", indique l'institut Angus Reid.

La moitié des Canadiens se disent par ailleurs "indifférents" face à la volonté du couple princier de vouloir passer plus de temps au Canada.

Une majorité de Canadiens affirment leur attachement à la reine Elizabeth II, chef d'Etat en titre du Canada, mais seulement 39% estiment que le pays devrait continuer d'être une "monarchie constitutionnelle" après son décès.

L'option la plus populaire pour remplacer la reine comme chef d'Etat serait de confier ses pouvoirs au Premier ministre du Canada, selon 27% des personnes interrogées.

L'attachement à la reine, qui règne depuis 66 ans sur le Canada, est fort partout au pays, sauf au Québec, où 47% des sondés ont une opinion "favorable" de la souveraine, contre 30% "défavorable".

Vos commentaires