La relation entre l'Europe et l'administration Trump se durcit encore

La relation entre l'Europe et l'administration Trump se durcit encore

L'administration Trump a rétrogradé le statut diplomatique de la représentation de l'Union européenne à Washington sans l'en avertir, a affirmé mardi la chaîne allemande Deutsche Welle (DW), dévoilant une nouvelle péripétie dans les relations transatlantiques mouvementées.

"Il y a eu des changements récents dans la manière dont les directives diplomatiques sont mises en œuvre par le protocole américain. Nous sommes en contact avec l'administration américaine pour voir les implications que cela pourrait avoir pour notre représentation", a réagi une porte-parole de la Commission européenne.

Le rang de la représentation de l'UE à Washington a été abaissé de celui d'État membre, qu'elle avait depuis 2016 sous l'ère Obama, à celui d'organisation internationale. La représentation l'aurait remarqué après avoir constaté que l'ambassadeur de l'UE à Washington n'était plus invité à certains événements en fin d'année dernière, ce qui aurait été confirmé en vue des funérailles nationales du président Georges H.W. Bush.

Un diplomate de l'UE cité par le quotidien allemand y voit un acte de défiance politique envers l'Union.

Interrogé par DW, le Département d'État américain n'a pas répondu, affirmant que son service de presse fonctionnait en service réduit en raison du "shutdown" qui paralyse partiellement l'administration américaine. "Quels que soient les désaccords politiques avec l'administration américaine, nous restons des amis des Etats-Unis et cette amitié ne va pas s'étioler", a ajouté la commission. Mais "il est évident que nous ne sommes pas contents et nous entendons le faire savoir", a confié à l'AFP une source diplomatique européenne sous couvert de l'anonymat.


Moment délicat

L'annonce de cette brimade protocolaire survient à un moment délicat dans les relations entre l'UE et les États-Unis. La négociatrice de l'UE, la commissaire au Commerce Cecilia Malmström, est depuis mardi à Washington pour tenter d'apaiser les tensions commerciales entre les deux parties.

Mme Malmström doit rencontrer le représentant américain au commerce Robert Lighthizer pour tenter de convaincre le président Donald Trump de ne pas imposer des droits de douane de 25% sur les importations européennes de voitures, ce qui affecterait surtout l'Allemagne et pourrait déclencher une guerre commerciale.

Les relations entre l'Union européenne et les États-Unis se sont détériorées en 2018 avec la décision de Washington d'imposer des droits de douane sur l'acier et l'aluminium provenant de l'UE et d'autres partenaires commerciaux. L'UE a répliqué avec des mesures de rétorsion ciblées. Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker s'est rendu aux Etats-Unis en juillet et a arraché une trêve à Donald Trump. Mais quelques mois plus tard, lors d'un déplacement à Bruxelles pour une réunion au siège de l'Otan, le secrétaire d'État Mike Pompeo a surpris en se livrant à une violente charge contre l'Union européenne.

Vos commentaires