En ce moment
 
 

Manifestation de Kurdes à Paris

Manifestation de Kurdes à Paris
Des Kurdes et des sympathisants rassemblés à Place de la République Paris pour soutenir les Kurdes de Syrie, le 2 novembre 2019 Lionel BONAVENTURE

Un millier de Kurdes et sympathisants, selon la police, ont défilé samedi à Paris pour soutenir les Kurdes de Syrie et exhorter les Etats européens à prendre des "sanctions concrètes" contre la Turquie pour qu'elle renonce à son action dans le nord-est de la Syrie.

Accompagnés d'un concert de musique traditionnelle, les manifestants - 5.000 selon les organisateurs - se sont d'abord rassemblés dans le calme sur la place de la République dans le centre de Paris.

Parmi les pancartes brandies par les participants on pouvait lire "Laisser la Turquie massacrer les Kurdes, est-ce une manière de les remercier d'avoir vaincu Daesh ?", ou "Après Baghdadi viendra le tour d'Erdogan". Ils ont ensuite défilé jusqu'à la place du Châtelet, où des prises de parole ont eu lieu.

Interrogé par l'AFP, le porte-parole du Conseil démocratique kurde en France (CDK-F, qui dit fédérer 24 associations de la diaspora en France), Agit Polat, a affirmé que "les Turcs ne respectent pas" les accords conclus avec Russes et Américains "et continuent d'envahir et d'élargir leur présence dans le nord de la Syrie".

Le CDK-F insiste sur la "nécessité d'établir une force d'interposition internationale pour maintenir la sécurité de la frontière. (...) Il faut à tout prix cette force sur la frontière car on sait très bien que la Turquie ne va pas se limiter à quelques dizaines de km", a martelé M. Polat.

"Il y a une opération d'épuration ethnique et de répression politique qui est menée à l'encontre de la population kurde. (...) La Turquie sera jugée pour ses actes criminels, et particulièrement Erdogan", a-t-il ajouté.

"Si aujourd'hui il y a une telle crise, c'est aussi dû à l'inaction des Etats européens; le seul moyen de paralyser la Turquie pour qu'elle puisse renoncer à son opération, c'est de lui appliquer des sanctions concrètes en particulier économiques, (...) la faire sortir de l'Otan, lui appliquer des taxes douanières", a-t-il poursuivi.

M. Polat a remercié au nom du CDK-F les rescapés des attentats en France en 2015 qui ont publié vendredi une lettre ouverte dans un journal en soutien aux Kurdes de Syrie, envers qui les Français ont "une dette inestimable", selon ces rescapés réunis en collectif. "C'était des propos très précis et clairs qui nous ont réchauffé le coeur dans ces moments difficiles", a-t-il commenté.

Vos commentaires