En ce moment
 
 

Migrants: arrivée en France de 42 réfugiés du navire humanitaire Sea-Watch

Migrants: arrivée en France de 42 réfugiés du navire humanitaire Sea-Watch
Trois des 47 migrants sauvés à bord du navire de l'ONG Sea Watch 3 battant pavillon néerlandais, sont assis sur le pont du navire le 30 janvier 2019 au large de Syracuse, en SicileFEDERICO SCOPPA

Quarante-deux réfugiés débarqués du Sea-Watch, un navire humanitaire bloqué plusieurs jours en mer en début d'année, sont arrivés jeudi en France depuis Malte, a-t-on appris auprès de l'Office français d'immigration et d'intégration (Ofii).

Les 35 Érythréens, six Soudanais ainsi qu'un Somalien sont arrivés vers 09H00 à l'aéroport parisien de Roissy-Charles de Gaulle, a précisé l'Ofii sur son compte Twitter.

Identifiés comme réfugiés à Malte par l'Office français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra), ils ont été orientés vers les régions Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ces réfugiés s'étaient retrouvés au centre d'un énième bras de fer entre Européens en début d'année, Malte exigeant un accord de répartition avant d'autoriser leur débarquement. Au delà de 49 migrants sauvés par les navires humanitaires Sea-Watch et Sea-Eye, La Valette exigeait d'inclure 249 autres personnes que le petit pays méditerranéen avait secourues les jours précédents.

La France s'était alors engagée à accueillir 60 personnes. "Une autre arrivée aura lieu dans les prochains jours, la date n'a pas encore été fixée par l'Organisation internationale des migrations (OIM)", a précisé l'Ofii.

Les sauvetages de migrants par des navires humanitaires ont à chaque fois donné lieu à des crises diplomatiques depuis l'été, lorsque le ministre populiste de l'Intérieur Matteo Salvini a fermé les ports italiens aux bateaux d'ONG.

Le Sea-Watch, qui a depuis secourus 47 migrants en mer, est actuellement bloqué à Catane (Sicile) sur décision des garde-côtes italiens, ce qui fait qu'il n'y a plus de navires d'ONG au large de la Libye.

Vos commentaires