En ce moment
 

Mondial-2018: encore un effort pour Espagne et Portugal

Ils y sont presque mais gare aux mauvaises surprises: l'Espagne et le Portugal ont encore besoin d'un point dans le groupe B pour rejoindre les 8e de finale du Mondial-2018. S'ils y parviennent, ils croiseront l'Uruguay et la Russie, arrivés dans cet ordre dans le groupe A.

La "Celeste" de Luis Suarez et Edinson Cavani, tous deux buteurs, s'est emparée de la tête de la poule en corrigeant le pays hôte 3 à 0.

. La 'Roja' veut la qualif', le Maroc son 'honneur'

"Nous ne pouvons pas nous permettre d'être détendus... Nous devons garder les yeux ouverts et être conscients que le Maroc ne va rien donner", même s'il est déjà éliminé, a prévenu le sélectionneur espagnol Fernando Hierro avant le match (20h00, heure de Paris) à Kaliningrad. "Parce que mathématiquement, on n'est pas qualifié", a martelé l'ex-joueur emblématique du Real Madrid.

Si l'Espagne (1er, 4 points) n'a besoin que d'une unité pour se qualifier pour les huitièmes, la prudence est de mise en raison du souvenir douloureux du Mondial-2014. D'autant qu'Hervé Renard, entraîneur des Lions de l'Atlas, entend coûte que coûte sauver son "honneur" après "l'injustice" qu'il estime avoir subie contre le Portugal (défaite 1-0) lors du match précédent. Gare à la bête blessée !

. 'CR7', Queiroz et le classement des buteurs

Le roi d'Angleterre Harry Kane (5 buts) a commis un crime de lèse-majesté: piquer à Cristiano Ronaldo (4 buts) la place de meilleur buteur de la Coupe du monde, l'une des dernières distinctions individuelles qui manquent à sa carrière gargantuesque.

Pour retrouver son bien, "CR7" devra confirmer face à l'Iran (3e, 3 points) qu'il est bien le "Monsieur 100%" des buts du Portugal (2e, 4 points). En jeu ? La qualification pour les 8es de finale, qui passera comme le rival espagnol au minimum par un match nul. Et la première place de la poule B, pour échapper à la Celeste.

Mais pour atteindre ce triple objectif, Ronaldo devra percer la défense de la "Team Melli", qui avait donné bien du fil à retordre à la flamboyante Espagne. Et déjouer les plans d'une vieille connaissance qui le connaît par coeur : Carlos Queiroz, son ancien sélectionneur avec qui il s'est fâché à l'issue du Mondial-2010 et ne lui a plus adressé la parole depuis... Il risque d'y avoir de la revanche dans l'air de l'Arena de Saransk!

. Désillusion russe

La lourde défaite de la Russie a douché les espoirs du pays hôte pour les 8es de finale. "Tout est revenu à sa place. C'est fini, les illusions! Cela devait arriver. Les matches précédents, on était ravis de les avoir gagnés, mais on affrontait alors des équipes faibles. Nous espérons tous un miracle, mais il n'y en aura pas, on n'est pas dans un conte de fée", a déploré Alexeï Fédouline, agent des pompes funèbres de 23 ans, interrogé par l'AFP dans la fan zone près de l'Université de Moscou.

"La Russie ne pourra pas aller plus loin (que les 8es de finale). Nous y étions prêtes, c'est pour ça que nous ne sommes pas trop tristes", s'est résigné Leïla Tolika, infirmière de 25 ans.

Dans l'autre match du groupe A, entre deux équipes éliminées, l'Arabie saoudite a infligé sa troisième défaite à l'Egypte (2-1). Seule consolation pour les "Pharaons", leur gardien égyptien Essam El-Hadary est devenu à 45 ans le joueur le plus âgé à disputer un match de Coupe du monde. Il a même arrêté un penalty, avant de céder sur un second.

Le crack de Liverpool Mohamed Salah a inscrit son second but du tournoi, mais quitte la compétition par la petite porte. Les "Pharaons" n'ont toujours pas gagné un seul match dans leur histoire en Coupe du monde.

Vos commentaires