Que sait-on du vaccin contre Ebola, bientôt utilisé en RDC?

Que sait-on du vaccin contre Ebola, bientôt utilisé en RDC?

Les travailleurs humanitaires s'apprêtent à utiliser en RDC un vaccin expérimental contre Ebola, jugé "très efficace" par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui peut disposer d'environ 300.000 doses.


Le rVSVSV-ZEBOV, qu'est-ce que c'est ?

Le vaccin contre la maladie à virus Ebola, qui porte le nom technique rVSVSV-ZEBOV, a été mis au point par l'Agence de la santé publique du Canada, sous la licence de NewLink Genetics, qui l'a à son tour concédé sous licence au groupe Merck&Co. Il a été élaboré à la suite de la terrible épidémie d'Ebola, la plus violente de l'histoire, qui a frappé l'Afrique de l'Ouest entre fin 2013 et 2016, causant plus de 11.300 morts. Ce vaccin doit être conservé entre -60 et -80 degrés Celsius.

Est-il efficace ?

Le vaccin, administré par injection, ne contient pas de virus Ebola vivant. Il s'est révélé "très efficace" selon l'OMS. Il a été étudié dans plusieurs essais auxquels ont participé plus de 16.000 volontaires en Europe, en Afrique et aux Etats-Unis et a été "jugé sûr" pour une utilisation chez l'homme.

Quels sont les stocks?

L'OMS a déjà fait parvenir plusieurs milliers de doses en RDC. Dès samedi, il y aura environ 7.500 doses sur place et l'OMS dispose encore d'une réserve d'environ 1.500 doses à Genève, a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'organisation, Tarik Jasarevic.

Selon un accord conclu en 2016 avec l'Alliance mondiale pour les vaccins (Gavi), "la société Merck s'est engagée à mettre à disposition de l'OMS 300.000 doses expérimentales en cas d'épidémie", a expliqué à l'AFP une porte-parole de cette organisation, également basée à Genève, Frédérique Tissandier. Ces doses sont déjà produites et disponibles à tout moment, gratuitement, a précisé M. Jasarevic.

Admissibilité

Les préparatifs sont en cours pour commencer une campagne de vaccination "en anneau". Cette mesure inclut "les personnes à risque", y compris les contacts et les contacts de contacts, le personnel de santé local et international dans les zones touchées, les travailleurs s'occupant des funérailles, les personnes chargées de retrouver ceux ayant été en contact avec les patients. Seront également vaccinés ces mêmes groupes de personnes dans les "zones où il existe un risque d'expansion de la flambée épidémique".

Avec leur consentement, les individus seront vaccinés et recevront une visite de suivi à domicile pour vérifier leur état de santé à six reprises.

Effets secondaires

Le vaccin peut produire certains effets secondaires, comme une légère fièvre ou des symptômes du rhume, un malaise qui peut durer de 1 à 3 jours, selon l'OMS. Il est aussi possible d'avoir des douleurs articulaires. Très rarement, les vaccins peuvent provoquer une réaction allergique grave immédiatement après l'administration du vaccin, note l'organisation.

Avant et après vaccination

Le vaccin ne peut pas causer la maladie parce qu'il n'y a pas de virus Ebola dans celui-ci, assure l'OMS. Pour les personnes infectées avant la vaccination, le vaccin ne peut pas fournir de protection.

L'OMS rappelle qu'il est très important que les personnes vaccinées continuent à se protéger en ne touchant pas les liquides corporels d'un patient, en évitant le contact physique direct avec le corps d'un patient (vivant ou mort), en ne touchant pas les draps, les vêtements qui ont pu être contaminés, et pratiquent l'hygiène des mains et d'autres mesures préventives.


Vos commentaires