En ce moment
 
 

Soudan: un mort à Omdourman lors de manifestations antigouvernementales

Soudan: un mort à Omdourman lors de manifestations antigouvernementales

(Belga) Un manifestant est décédé samedi à Omdourman, ville jumelle de la capitale soudanaise Khartoum où des milliers de personnes ont défilé pour réclamer la démission du président Omar el-Béchir avant d'être dispersés par des gaz lacrymogènes tirés par la police anti-émeute.

Les manifestants se sont rassemblés pour la première fois depuis le début de la contestation antigouvernementale près du quartier général de l'armée à Khartoum. Lors de précédents rassemblements, les protestataires avaient tenté à plusieurs reprises de marcher vers des lieux symboliques du pouvoir, comme le palais présidentiel, mais en ont souvent été empêchés par les gaz lacrymogènes tirés par les forces de sécurité. Pour la première fois samedi, les manifestants ont atteint l'entrée des bâtiments qui abritent le siège de l'armée et le ministère de la Défense dans la capitale Khartoum, ont rapporté des témoins. Les forces antiémeutes soudanaises ont tiré des gaz lacrymogènes tandis que des contestataires leur ont lancé des pierres avant de se disperser, selon des témoins. "La police a enregistré la mort d'une personne lors des troubles à Omdourman", a déclaré le porte-parole de la police, le général Hashim Abdelrahim, à l'agence de presse officielle soudanaise Suna. "Des rassemblements illégaux ont eu lieu à Khartoum et dans d'autres Etats", a-t-il ajouté. Un comité de médecins, qui faisait partie des organisateurs de ces manifestations, a indiqué que la personne décédée était un médecin. Sa mort porte à 32 le nombre des personnes décédées depuis le début en décembre des violentes manifestations antigouvernementales, selon les autorités. Dans un précédent bilan, l'ONG Human Rights Watch (HRW) évoquait le chiffre de 51 morts. Les manifestants répondaient à un appel de l'Alliance pour la liberté et le changement, fer de lance du mouvement de contestation. Au son du principal slogan de la contestation --"Paix, justice et liberté"--, les manifestants ont réclamé le départ du président Béchir, au pouvoir depuis un coup d'Etat en 1989. (Belga)

Vos commentaires