En ce moment
 
 

Syrie: 11 morts dans des tirs de roquettes sur Alep (agence)

Syrie: 11 morts dans des tirs de roquettes sur Alep (agence)
Dégâts causés par un tir de roquette ayant touché un immeuble dans la ville d'Alep, nord dela Syrie, le 14 avril 2019George OURFALIAN
Syrie

Au moins 11 personnes ont été tuées dimanche en Syrie dans des tirs de roquettes contre la grande ville d'Alep (nord), tenue par le régime de Bachar al-Assad, a annoncé l'agence de presse officielle syrienne Sana.

La deuxième ville de Syrie se trouve tout près du bastion jihadiste d'Idleb, province dominée par le groupe Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche d'Al-Qaïda) dans le nord-ouest du pays en guerre. Depuis sa reconquête fin 2016 par le régime, Alep est sporadiquement la cible des tirs menés par des jihadistes ou des rebelles.

Onze personnes ont été tuées par des roquettes tirées par "des groupes terroristes" contre des quartiers d'Alep, a précisé Sana, utilisant la terminologie habituelle du régime pour désigner tant les jihadistes que les rebelles. Elle a également fait état de "11 civils" blessés.

L'agence officielle syrienne accuse des groupes rebelles "soutenus par la Turquie" dans le nord de la province d'Alep d'être à l'origine de ces tirs, tandis que l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a pointé du doigt des groupes jihadistes, notamment HTS.

L'Observatoire précise que 20 roquettes ont été tirées sur plusieurs quartiers dans l'ouest d'Alep. Son directeur Rami Abdel Rahmane fournit toutefois un bilan différent de Sana quant aux victimes: "trois civils tués dont un enfant, ainsi que cinq membres des services de sécurité", d'après lui.

La province d'Idleb et des secteurs de celles voisines de Hama, Alep et Lattaquié échappent toujours au contrôle des forces du président syrien Assad.

Depuis septembre, ces territoires font l'objet d'un accord russo-turc prévoyant la création d'une "zone démilitarisée" qui leur a permis d'éviter une vaste offensive gouvernementale.

Malgré cette initiative dont les modalités ne sont pas toutes respectées, le régime a repris ses bombardements meurtriers contre Idleb, tandis que les jihadistes ont lancé des attaques contre des positions des forces pro-Assad.

Le conflit en Syrie, impliquant plusieurs acteurs régionaux et internationaux, a fait plus de 370.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés depuis 2011.

Vos commentaires