En ce moment
 
 

Tunisie, 6 mois après: à l’intérieur de l’Intérieur, ça dézingue grave

 

A découvrir

 

Trois journalistes belges sont partis en Tunisie pour explorer la société tunisienne, six mois après sa révolution pour la démocratie. RTL info vous propose de les suivre au jour le jour, de partager leurs impressions et rencontres, durant une semaine, à travers des extraits de leur carnet de route.

Pour ce que j’en comprends, la réussite de la Révolution tunisienne passe par un processus qui me fait penser à un jeu vidéo : des paliers successifs à franchir avec chaque fois, à la fin, un boss de fin de niveau à lessiver.

Jusqu’ici, j’en ai repéré trois majeurs : “L’absence de liberté d’expression”, “La corruption de l’administration et de la Justice” et “La toute-puissance du ministère de l’Intérieur”. A ce stade du jeu, notre héros révolutionnaire n’en est malheureusement encore qu’à lutter face au premier monstre, qu’il est d’ailleurs en train de terrasser avec les honneurs. Parler de politique, désormais, les Tunisiens n’en ont plus peur. Il ne faut même pas tendre l’oreille pour le constater.

Mais pour ce qui est des deux autres cibles, on est encore loin du compte. Et, en vue, des élections pour l’Assemblée constituante, c’est plutôt inquiétant.

Sombre forteresse cadenassée, le ministère de l’Intérieur est certainement le plus... lire la suite sur le blog "6 mois après"

A Tunis, Frédéric Moray, Patrick Séverin et François Colmant




 

Vos commentaires